L’am­broi­sie s’en­ra­cine en Au­vergne

Le pol­len de cette plante sau­vage pro­voque d’im­por­tantes al­ler­gies

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité -

On lui don­ne­rait presque l’ab­so­lu­tion sans conces­sions tant elle pa­raît in­no­cente dans les prés et sous les fron­dai­sons.

Pour­tant elle est re­dou­table pour notre bien­être et notre te­nue en com­pa­gnie. Ca­pable de nous mettre la larme à l’oeil et les si­nus en ébul­li­tion.

Une fleur du mal, hôte sau­vage au­tant qu’in­dé­si­rable de nos haies et de nos ter­rains vagues, l’am­broi­sie sème ses mé­faits au moindre coup de vent et n’épargne per­sonne.

« Fi­chier S »

Tout par­ti­cu­liè­re­ment dans notre ré­gion où elle a dé­ci­dé de prendre ra­cines et de dif­fu­ser ses pol­lens ven­geurs. Au point qu’elle fait l’ob­jet d’un « fi­chier S », comme « Si­gna­le­ment » de la part de l’Agence ré­gio­nale de san­té et qu’un ar­rê­té pré­fec­to­ral rend obli­ga­toire sa des­truc­tion dans les quatre dé­par­te­ments au­ver­gnats

La concen­tra­tion des pol­lens d’am­broi­sie fait par ailleurs l’ob­jet d’une étroite sur­veillance de la part d’At­mo Au­vergne Rhône­Alpes et du ré­seau na­tio­nal de sur­veillance aé­ro­bio­lo­gique.

Une clas­si­fi­ca­tion et un trai­te­ment à ne pas prendre à la lé­gère tant ses ef­fets sont re­tors et fac­teurs d’al­ler­gies. Qu’on en juge : source de rhi­nites ou de conjonc­ti­vites, ses ef­fluves vo­la­tiles et pou­drées peuvent pro­vo­quer jus­qu’à la tra­chéite, faire naître des pous­sées d’ur­ti­caire voire d’ec­zé­ma ou pire en­core, don­ner de l’asthme à ceux qui n’en avaient pas jusque­là ou ag­gra­ver sé­rieu­se­ment l’état de san­té de ceux qui en souffrent dé­jà.

In­fes­ta­tion in­fer­nale qui, en dix ans, a vu dou­bler le taux de po­pu­la­tion sen­sible à ses ef­fets hau­te­ment in­dé­si­rables.

Pour les vic­times il est in­dis­pen­sable de consul­ter un mé­de­cin et de suivre ri­gou­reu­se­ment les trai­te­ments adap­tés.

Pour pré­ve­nir du mal, un ar­ra­chage sys­té­ma­tique est pré­co­ni­sé, si pos­sible avant flo­rai­son. Pour se faire, le port de gants et de vê­te­ments cou­vrants est re­com­man­dé voire de lu­nettes et de masques de pro­tec­tion contre les par­ti­cules très fines si l’éclo­ sion est dé­jà avan­cée. Des pous­sières flo­rales certes mais néan­moins loin d’être ano­dines pour notre san­té comme pour nos fi­nances. Le coût de cette al­ler­gie, entre consul­ta­tions, mé­di­ca­ments, ar­rêts de tra­vail et dé­sen­si­bi­li­sa­tions, est es­ti­mé entre neuf et vingt mil­lions d’eu­ros par an.

PHO­TO FRED MARQUET

AL­LER­GIES. Le mois d’août est ce­lui des pol­lens par­ti­cu­liè­re­ment agres­sifs comme ce­lui de l’am­broi­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.