L’af­faire des oeufs conta­mi­nés tra­verse les fron­tières

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

La crise des oeufs conta­mi­nés dé­passe dé­sor­mais les fron­tières de l’Eu­rope, avec des pro­duits iden­ti­fiés à Hong Kong, se­lon la Com­mis­sion eu­ro­péenne qui a convo­qué les pays de l’UE concer­nés et leur de­mande d’ar­rê­ter de se re­je­ter mu­tuel­le­ment la faute.

« Nous de­vons tra­vailler en­semble pour ti­rer les le­çons né­ces­saires et avan­cer plu­tôt que perdre de l’éner­gie à dé­si­gner des cou­pables », a as­sé­né ven­dre­di le com­mis­saire eu­ro­péen à la San­té Vy­te­nis An­driu­kai­tis.

Le com­mis­saire a convo­qué une réunion des mi­nistres et des re­pré­sen­tants des agences de sé­cu­ri­té ali­men­taires dans tous les pays de l’UE im­pli­qués, « dès que l’en­semble des faits se­ra à notre dis­po­si­tion », a prio­ri le 26 sep­tembre.

L’Al­le­magne et la France – où quelques fermes sont blo­quées – ont ver­te­ment tan­cé la Bel­gique et les Pays­Bas. Dans ces deux pays, plus de 200 éle­vages de poules pon­deuses ont été conta­mi­nés après la dés­in­fec­tion des lieux avec des pro­duits conte­nant du fi­pro­nil, un in­sec­ti­cide dont l’usage est pour­tant stric­te­ment in­ter­dit dans le sec­teur avi­cole.

La Bel­gique a ac­cu­sé les PaysBas d’avoir trai­té avec lé­gè­re­té une in­for­ma­tion ano­nyme re­çue en no­vembre 2016 sur l’uti­li­sa­tion de fi­pro­nil dans les éle­vages néer­lan­dais.

Le lan­ceur d’alerte à l’ori­gine du ren­sei­gne­ment, Nick Herm­sen, a en­fon­cé le clou en ra­con­tant qu’il avait nom­mé­ment dé­si­gné les deux en­tre­prises à l’ori­gine de la fraude : le dis­tri­bu­teur de pro­duits sa­ni­taires belge Poul­try­Vi­sion et la firme de dés­in­sec­ti­sa­tion Chi­ckF­riend. Herm­sen se pré­sente comme un an­cien as­so­cié du di­ri­geant de Poul­try­Vi­sion.

« Dans toute crise, des er­reurs sont com­mises. C’est ab­so­lu­ment le cas pour celle­ci », a re­con­nu jeu­di la mi­nistre néer­lan­daise de la San­té Edith Schip­pers. « Mais il n’y avait au­cune in­di­ca­tion que du fi­pro­nil s’était re­trou­vé dans les oeufs à ce mo­ment­là », a­t­elle ajou­té pour ex­pli­quer pour­quoi les au­to­ri­tés n’avaient pas pro­cé­dé à des contrôles dès fin 2016.

Le scan­dale, ap­pa­ru au grand jour la se­maine der­nière avec le re­trait de mil­lions d’oeufs des su­per­mar­chés néer­lan­dais et al­ le­mands, cou­vait en fait de­puis plu­sieurs mois. Pa­ris a an­non­cé que près de 250.000 oeufs conta­mi­nés au fi­pro­nil avaient été mis sur le mar­ché fran­çais « de­puis avril ».

En Bel­gique, l’agence de sé­cu­ri­té ali­men­taire re­monte jus­qu’à jan­vier 2017 dans ses contrôles des éle­vages blo­qués, se­lon Dan­ny Cou­lier, pa­tron de l’or­ga­ni­sa­tion re­pré­sen­tant le sec­teur avi­cole.

À l’ori­gine de l’af­faire, l’uti­li­sa­tion du fi­pro­nil par des so­cié­tés de dés­in­fec­tion in­ter­ve­nant dans des ex­ploi­ta­tions agri­coles aux Pays­Bas, en Bel­gique, en Al­le­magne et dans le Pas­de­Ca­lais. Au to­tal, dix­sept pays, dont quinze membres de l’UE, sont donc tou­chés.

Un dix­hui­tième pour­rait s’ajou­ter à la liste…

PHO­TO AFP

CONSOM­MA­TION. Dix-sept pays sont main­te­nant tou­chés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.