Les bou­qui­nistes, si fran­çais !

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Hé­ri­tiers des col­por­teurs de livres du XVIe siècle, ins­crits au pa­tri­moine mon­dial de l’UNES­CO, les bou­qui­nistes de Pa­ris veulent conti­nuer à pro­mou­voir la « culture fran­çaise », sans cé­der au com­merce de la ba­biole tou­ris­tique.

APa­ris, « il y a la tour Eif­fel, Mont­martre et nos boîtes vertes », s’ex­clame Jé­rôme Cal­lais, 53 ans, bou­qui­niste sur le quai de Con­ti (VIe) de­puis 25 ans et pré­sident de l’As­so­cia­tion cultu­relle des bou­qui­nistes de­puis 2012.

L’homme aux che­veux dé­coif­fés et au re­gard clair, qui se qua­li­fie « d’am­bas­sa­deur de la culture fran­çaise », pro­pose ex­clu­si­ve­ment des clas­siques de la lit­té­ra­ture, des livres d’his­toire et de sciences hu­maines.

« Le mé­tier de bou­qui­niste, c’est conseiller et trans­mettre une culture », dit ce pas­sion­né, l’un des 235 amoureux des livres qui en­tre­tiennent sur les berges de Seine ces bi­blio­thèques à ciel ou­vert.

Les bou­qui­nistes de Pa­ris, ce sont 240 cais­sons vert fon­cé qui s’étalent sur trois ki­lo­mètres le long du fleuve, du Pont­Marie au Quai du Louvre rive droite, du quai de la Tour­nelle au quai Vol­taire rive gauche.

Ins­crits de­puis 1991 au Pa­tri­moine mon­dial de l’UNES­CO avec les Rives de Seine, les bou­qui­nistes « font par­tie du pay­sage pa­ri­sien, par­ti­cipent du charme des bords de Seine et consti­tuent une ani­ma­tion, une at­trac­tion cultu­relle, un pa­tri­moine littéraire et his­to­rique unique que la Ville sou­haite pré­ser­ver et mettre en va­leur », in­dique la mai­rie de Pa­ris.

Ils sont « les seuls com­mer­çants pa­ri­siens à ne pas payer de loyer ou de re­de­vance à la Ville », pour­suit la mai­rie, qui leur dé­livre une au­to­ri­sa­tion de sta­tion­ne­ment pour un an re­nou­ve­lable, ni ces­sible, ni trans­mis­sible, à charge pour eux d’en­tre­te­nir les boîtes dont ils sont pro­prié­taires, no­tam­ment en termes de sé­cu­ri­té.

Des­cen­dants des col­por­teurs de livres

Des­cen­dants des col­por­teurs de livres du XVIe siècle, un temps chas­sés du Pont Neuf, ils prennent un nou­vel es­sor sous Na­po­léon Ier avec l’amé­na­ge­ment des quais et sont ré­gle­men­tés de­puis Na­po­léon III. Mais au­jourd’hui, la pro­fes­sion est à l’épreuve. Beau­coup ont cé­dé à l’ap­pel des tou­ristes, da­van­tage friands de porte­clefs que de livres rares et d’oc­ca­sion. « Une per­ver­sion du mé­tier », re­grette Jé­rôme Cal­lais.

Pour­tant, la ré­gle­men­ta­tion est claire. Sur les quatre « boîtes » de deux mètres de long cha­cune que le bou­qui­niste dé­tient, une seule peut conte­nir autre chose que des livres, comme des « mon­naies, mé­dailles, timbres­poste, ob­jets de pe­tite bro­cante, cartes pos­tales et sou­ve­nirs de Pa­ris », se­lon la Ville.

Aux abords du Mu­sée du Louvre, les livres sont bien ca­chés der­rière les ba­bioles « made in Chi­na ». « On ne peut plus comp­ter sur les livres », ex­plique un « ouvre­boîte » – un sa­la­rié dé­cla­ré d’un bou­qui­niste – de 29 ans qui tient la bou­tique et pointe le re­gistre des ventes du jour : en tête, des tasses et des porte­clefs tour Eif­fel. Lui­ même avoue ne pas lire et donc ne pas pou­voir conseiller les per­sonnes in­té­res­sées par les bandes des­si­nées et les livres de la Pléiade pro­po­sés dans ses boîtes.

« Les bou­qui­nistes, c’est Pa­ris ! »

« Je pré­fère ache­ter des sou­ve­nirs ici que dans des ma­ga­sins. Les bou­qui­nistes, c’est Pa­ris ! », ex­plique un couple amé­ri­cain ve­nu de Saint­Louis, dans le Mis­sou­ri, sur le quai du Louvre.

Au contraire, Pierre, bi­blio­thé­caire et chi­neur de 61 ans, ins­pecte chaque jour les boîtes en mar­chant sur les quais de Seine, de re­tour du tra­vail : « J’ai trou­vé der­niè­re­ment les ca­ta­logues d’ex­po­si­tion de la BNF sur des cartes ma­rines », se ré­jouit­il, van­tant la « di­men­sion char­nelle » de la ba­lade : « On ren­contre et on dis­cute avec les bou­qui­nistes », loin de la vente sur In­ter­net « qui asep­tise les rap­ports hu­mains ».

Pour sa part, Paul, étu­diant, avait re­pé­ré un po­lar amé­ri­cain « de­puis le bus ». Il est ve­nu l’ache­ter quelques jours plus tard.

Le mé­tier sé­duit tou­jours, mal­gré l’ar­ri­vée d’In­ter­net, les in­tem­pé­ries ou la pol­lu­tion. 101 nou­veaux bou­qui­nistes ont été nom­més de­puis 2010 pour une pro­fes­sion qui se ra­jeu­nit et se fé­mi­nise, se­lon la Ville.

« Conseiller et trans­mettre une culture »

PHO­TO AFP

IMAGE DE CARTE POS­TALE. Si beau­coup de bou­qui­nistes vendent tou­jours une ma­jo­ri­té de livres, cer­tains ont cé­dé à l’ap­pel des tou­ristes, da­van­tage friands de porte-clefs et autres sou­ve­nirs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.