Plus qu’une bible illus­trée, un chef-d’oeuvre

La Montagne (Vichy) - - Magdimanche -

« La nef re­cèle dif­fé­rents sens de lec­ture. Ce n’est pas qu’une bible illus­trée. » L’en­semble a beau être moins cha­toyant qu’à l’ori­gine, Ma­nel­la, guide à l’ab­baye de­puis quatre ans, ne se lasse pas de s’at­tar­der sur les dé­tails des fresques de Saint-Sa­vin. Trois ni­veaux de lec­ture, que l’on soit simple fi­dèle, no­vice ou moine plus ins­truit à qui il convient tout de même de rap­pe­ler ce qu’il faut faire… et ne pas faire, s’étalent tout au long de la nef, per­chés à 17 mètres de haut. Une hau­teur ex­cep­tion­nelle pour l’époque ro­mane qui per­met de mieux faire res­sor­tir les coups de pin­ceaux de quatre maîtres d’oeuvre. L’Apo­ca­lypse ac­cueille le vi­si­teur dès le porche. La nef, elle, dé­roule des scènes de la Ge­nèse et de l’Exode. Par­mi les plus belles, l’arche de Noé aux al­lures de drak­kar, la tra­ver­sée de la mer Rouge et la construc­tion de la tour de Ba­bel, ins­pi­rée ici d’un don­jon de châ­teau fort et té­moi­gnage ins­truc­tif de ce qu’était un chan­tier au Moyen Âge. Ce­lui de l’ab­ba­tiale a d’ailleurs connu bien des évo­lu­tions, avec l’ap­pa­ri­tion en cours de tra­vaux des voûtes en pierre qui ont rem­pla­cé les char­pentes de bois et sur les­quelles on a pu peindre ces chefs-d’oeuvre.

L’ARCHE DE NOÉ. Et ses couples d’ani­maux em­bar­qués pour sur­vivre au Dé­luge. Un des ta­bleaux em­blé­ma­tiques de Saint-Sa­vin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.