Une Mou­li­noise en­ga­gée dans Koh-Lan­ta une ex­pé­rience « in­croyable »

Ma­rine Alves, in­fir­mière mou­li­noise de 21 ans, par­ti­cipe à la sai­son de Koh­Lan­ta qui dé­marre de­main soir sur TF1.

La Montagne (Vichy) - - La Une - Pro­pos re­cueillis par Ke­vin Las­tique

Ma­rine Alves, in­fir­mière mou­li­noise de 21 ans, a par­ti­ci­pé à la nou­velle sai­son de Koh-Lan­ta. «Une ex­pé­rience in­croyable et unique» qu’elle nous ra­conte avant la dif­fu­sion de la pre­mière émis­sion de­main soir.

Son vi­sage ne vous dit en­core rien, mais vous al­lez en­tendre par­ler d’elle à coup sûr. Ma­rine Alves, 21 ans, par­ti­cipe à la nou­veau sai­son de Koh­Lan­ta, dont le pre­mier épi­sode se­ra dif­fu­sé de­main soir, à 21 heures, sur TF1. Un rêve de­ve­nu réa­li­té pour cette in­fir­mière mou­li­noise.

Comment avez-vous ré­agi quand on vous a ap­pris votre sé­lec­tion pour l’émis­sion ? « Je m’en sou­viens très bien. J’ai re­çu un coup de té­lé­phone un mois avant le tour­nage, fin avril. J’étais toute ex­ci­tée. Ça fai­sait très long­temps que je vou­lais faire Koh Lan­ta, de­puis tou­jours en fait. J’avais pos­tu­lé une pre­mière fois pour la sai­son pré­cé­dente sans suc­cès et fi­na­le­ment ils m’ont ap­pe­lé cette an­née. »

Pour­quoi vous êtes vous lan­cée dans cette aven­ture ? « Je re­garde l’émis­sion avec mon pa­pa de­puis le dé­but et il est ex­trê­me­ment fier que je l’ai fait. Il a vou­lu par­ti­ci­per plu­sieurs fois par le pas­sé, mais il n’a ja­mais été pris. Et puis, je vou­lais mon­trer que moi aus­si j’étais ca­pable de le faire. » Vous aviez des choses à prou­ver ? « Oui, je vou­lais prou­ver qu’en étant pe­tite (elle fait 1,53 m, NDLR), en étant une femme et en n’ayant pas un corps d’ath­lète, on peut y ar­ri­ver. Faire Koh Lan­ta, c’est une re­vanche sur tout ce que j’ai vé­cu au col­lège. On me fai­sait tou­jours des ré­flexions, on m’in­sul­tait à cause de ma taille. Et ça m’a for­gé un ca­rac­tère bien trem­pé. »

Comment avez-vous vé­cu cette aven­ture ? « C’était une ex­pé­rience in­croyable, unique. J’ai uti­li­sé mes ca­pa­ci­tés au maxi­mum. Et j’ai es­sayé de pro­fi­ter à fond de tous les mo­ments pas­sés là­bas. C’était une aven­ture riche en émo­tions. »

Qu’est-ce qui a été le plus dif­fi­cile pour vous ? «La faim sans au­cun doute. C’est vrai­ment dur à sup­por­ter. Et l’éloi­gne­ment des proches éga­le­ment. »

Et le plus plai­sant ? « Les vic­toires dans les épreuves, ce sont des su­per­sen­sa­tions. Mais je vous laisse dé­cou­vrir ça de­vant votre té­lé. »

Avant de par­tir pour les Fid­ji, comment vous étiez­vous pré­pa­rée ? « Je ne me suis pas vrai­ment pré­pa­rée spé­ci­fi­que­ment. Je n’ai pas ap­pris à faire du feu ou à mon­ter des ca­banes. Je me suis sim­ple­ment en­traî­née phy­si­que­ment et j’y suis al­lée au fee­ling. »

Cette ex­pé­rience a-t-elle chan­gé des choses à votre re­tour en France ? « Oui, en par­ti­cu­lier dans les re­la­tions avec mes proches. Je suis quel­qu’un de très pu­dique, j’ai du mal à ex­pri­mer mes sen­ti­ments. Et en étant loin de ma fa­mille et de mes amis, je me suis ren­du compte qu’il faut leur dire qu’on les aime. »

Qu’est-ce que vous avez pré­vu ven­dre­di soir pour la dif­fu­sion du pre­mier épi­sode de Koh Lan­ta ? « Je vais le re­gar­der avec toute ma fa­mille et mes amis à Mou­lins. On va bien man­ger et on va fê­ter ça. Et je vais être sui­vie aus­si à Vi­chy, dans la mai­son de re­traite où je tra­vaille, tout le monde se­ra de­vant la té­lé ven­dre­di soir. »

« Je vou­lais faire Koh Lan­ta de­puis tou­jours »

CRÉ­DIT PHO­TO P. LEROUX

OB­JEC­TIF. « Prou­ver que j’étais ca­pable d’al­ler au bout de l’aven­ture Koh Lan­ta » : c’était la vo­lon­té de la Mou­li­noise Ma­rine Alves sur les plages des Iles Fid­ji.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.