Res­sen­ti

La Montagne (Vichy) - - 7 Jours En Pforlaitniqcu E& E Monde - Claude Lesme

La hausse des car­bu­rants c’est un peu comme le froid en hi­ver. Il y a la réa­li­té et le res­sen­ti. Dans la fou­lée du mou­ve­ment nais­sant des « gi­lets jaunes » à l’ini­tia­tive d’une nou­velle jac­que­rie contre l’État ac­cu­sé de tondre les ci­toyens à la pompe, on pour­rait croire que la France est une ano­ma­lie dans un monde où les au­to­mo­bi­listes se­raient mieux trai­tés ailleurs. Or il n’en est rien. Ain­si les 28 pays de l’Union Eu­ro­péenne ap­pliquent tous un taux de taxe égal ou su­pé­rieur à 52 % et 19 d’entre eux sont au­de­là des 59 %. La palme re­ve­nant aux Pays­Bas avec 68 %.

La France, avec un taux de taxa­tion à 60 %, n’est donc pas une ex­cep­tion à la règle. On peut alors se de­man­der pour­quoi les taxes sur les car­bu­rants qui pas­saient in­aper­çues de­puis des dé­cen­nies sont de­ve­nues in­sup­por­tables à l’aune de l’aug­men­ta­tion de quelques cen­times, dans le cadre de la tran­si­tion éco­lo­gique ? C’est le prix du ba­ril à 70 dol­lars qui a tri­plé de­puis 2016 qui est res­pon­sable des 2/3 de l’aug­men­ta­tion du prix de l’es­sence. Il faut se rap­pe­ler qu’en 2008, le ba­ril était mon­té à 144 dol­lars, et le gou­ver­ne­ment at­ten­ dit sim­ple­ment qu’il baisse. Sur la du­rée en termes de pou­voir d’achat, une heure de smic en 1973 per­met­tait d’ache­ter 3 litres de car­bu­rant contre 6,7 au­jourd’hui. Sans omettre que les voi­tures sont de­ve­nues plus éco­nomes.

En réa­li­té, l’es­sence est de­ve­nue le sym­bole du sen­ti­ment d’in­jus­tice fis­cale qui s’est ins­til­lée dans une par­tie de la po­pu­la­tion après la ré­forme de l’ISF et la hausse de la CSG pour les re­trai­tés, en dé­pit du coup de pouce qui vient d’être don­né au pou­voir d’achat avec la baisse de la taxe d’ha­bi­ta­tion pour 80 % des Fran­çais et les hausses de sa­laires dues aux baisses de co­ti­sa­tions. C’est aus­si le sym­bole de la frac­ture entre les mé­tro­poles équi­pées de tran­sports pu­blics et les zones pé­ri­ur­baines où la voi­ture est in­dis­pen­sable.

Pa­ra­doxa­le­ment, alors que face à l’ur­gence cli­ma­tique, tout le monde est fa­vo­rable à la tran­si­tion éco­lo­gique, Em­ma­nuel Ma­cron se re­trouve seul face à la grogne, à bri­co­ler un sys­tème de sub­ven­tions pour payer des taxes ! Au­de­là des me­sures d’ac­com­pa­gne­ment, il fau­drait do­ré­na­vant dire la vé­ri­té aux gens. Pour sau­ver la pla­nète, ce se­ra très cher et très per­tur­ba­teur pour nos modes de vie et de pro­duc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.