Une Bie­lo­russe sur la Pres­qu’île

La Presse d'Armor - - LA PRESQU’ÎLE DE LÉZARDRIEUX -

Nad­zeya Ka­ra­kul­ka est une jeune femme de 30 ans qui vient d’une ville non loin de Minsk en Bié­lo­rus­sie, et est pas­sion­née par le cym­ba­lum et adore la pres­qu’île.

Im­mé­dia­te­ment on se de­mande : mais où est la Bié­lo­rus­sie ? Et le cym­ba­lum, ça res­semble à quoi ? Et que vient faire une Bié­lo­russe, vir­tuose du cym­ba­lum à Ker­mous­ter ? « J’ai l’amour de la Bre­tagne » ex­plique-t-elle dans un fran­çais hé­si­tant.

C’est grâce à un couple d’Al­le­mands, Wer­ner et Ulle Huth, qui ont une mai­son de va­cances à Pleu­meur-Gau­tier, qu’elle a dé­cou­vert ce coin de terre. Ils l’ont ren­con­trée il y a 15 ans lors d’échanges cultu­rels entre la Bié­lo­rus­sie et la Rhé­na­nie et ont de­puis ac­com­pa­gné son par­cours. L’an­cêtre du pia­no Étu­diant d’abord le vio­lon­celle, elle a dé­cou­vert le cym­ba­lum

à 8 ans. Elle ne le quit­te­ra plus. Ins­tru­ment à cordes frap­pées avec des pe­tits mar­teaux très fins, c’est d’une cer­taine fa­çon l’an­cêtre du pia­no.

Pa­ral­lè­le­ment à ses études mu­si­cales au Con­ser­va­toire de Minsk, Nad­zeya en­seigne cet ins­tru­ment et a ob­te­nu un mas­ter d’études mu­si­cales. Ac­tuel­le­ment elle conti­nue ses études de mu­si­co­lo­gie et de langues slaves à l’uni­ver­si­té de Co­logne. Chaque été

Et chaque été, elle s’em­ploie à faire dé­cou­vrir son ins­tru­ment aux ha­bi­tants de la Pres­qu’île et des alen­tours.

Concerts pri­vés, mais aus­si à la cha­pelle de Ker­mous­ter en 2014, elle joue seul ou ac­com­pa­gnée d’un pia­no ou d’un vio­lon. Très bonne mu­si­cienne elle a trans­crit Bach ou Bee­tho­ven pour son ins­tru­ment, mais joue aus­si des com­po­si­teurs con­tem­po­rains qui ont écrit spé­cia­le­ment pour le cym­ba­lum, comme Er­ma­chen­kov ou Vo­j­cik. A dé­cou­vrir…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.