Eric Bo­tho­rel ré­pond au conseil de Ker­bors

La Presse d'Armor - - TRIBUNES LIBRES -

« Le 26 oc­tobre 2017, le conseil mu­ni­ci­pal de Ker­bors m’a adres­sé une lettre ou­verte par la­quelle il en­tend dres­ser un bi­lan cri­tique de mon ac­tion en fa­veur du CH de Paim­pol.

Di­sons-le d’em­blée, il est re­gret­table que cette dé­marche ne s’ins­crive non pas dans une at­ten­tion ri­gou­reuse por­tée aux faits, mais se contente de vé­hi­cu­ler de fausses al­lé­ga­tions qui confinent à la dé­ma­go­gie.

Dans sa lettre, le conseil mu­ni­ci­pal avance no­tam­ment qu’il se­rait tou­jours ques­tion de sup­pri­mer un poste de mé­de­cin ur­gen­tiste, ce qui ré­dui­rait à néant les ef­forts four­nis pré­cé­dem­ment afin que le plan d’éco­no­mies vi­sant l’hô­pi­tal ne se tra­duise pas né­ga­ti­ve­ment sur la masse sa­la­riale.

Or, rien n’est plus faux, et une vé­ri­fi­ca­tion élé­men­taire de l’in­for­ma­tion, que le conseil mu­ni­ci­pal au­rait été bien avi­sé de faire, suf­fit à le prou­ver. En l’es­pèce le ser­vice des ur­gences de Paim­pol n’est concer­né par au­cune sup­pres­sion de poste et l’iro­nie veut d’ailleurs que, à l’in­verse, des postes pour les ur­gences ont été ou­verts de longue date pour sub­ve­nir aux be­soins (env 2,5 équi­va­lents temps plein).

Certes, les postes de­meurent non pour­vus, et ce pour des rai­sons exo­gènes, mais des ap­pels à can­di­da­ture ont lieu tous les six mois et qui­conque sou­cieux de ri­gueur in­tel­lec­tuelle pour­ra s’en as­su­rer au­près des ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs de l’hô­pi­tal.

Ne nous voi­lons pas la face, les pro­blé­ma­tiques du re­cru­te­ment et de l’attractivité des hô­pi­taux sont réelles, et il convient de les adres­ser avec la plus grande dé­ter­mi­na­tion. En re­vanche, ni la dra­ma­ti­sa­tion ex­ces­sive ni les exer­cices de com­mu­ni­ca­tion in­fon­dée ne servent cette cause.

Il se­rait op­por­tun que le conseil mu­ni­ci­pal de Ker­bors garde ces élé­ments à l’es­prit la pro­chaine fois qu’il sou­hai­te­ra se sai­sir de la ques­tion. C’est pour­quoi j’en­tends que la pré­sente dé­cla­ra­tion soit jointe lors de la pro­chaine réu­nion de son conseil mu­ni­ci­pal. »

Eric Bo­tho­rel, Dé­pu­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.