L’hom­mage à Fran­çois Chap­pé

La Presse d'Armor - - KÊR PEMPOULL -

Dix ans après le dé­cès de l’his­to­rien paim­po­lais Fran­çois Chap­pé, l’Uni­ver­si­té de Bre­tagne Sud a or­ga­ni­sé le mar­di 7 no­vembre une jour­née d’hom­mage en son hon­neur dans l’am­phi­théâtre qui porte son nom, en pré­sence de Ma­ry­lou Chap­pé et de leurs en­fants Fan­ny et JeanMa­rie.

Lors d’un sé­mi­naire sui­vi par les étu­diants des masters, mais ex­cep­tion­nel­le­ment ou­vert au pu­blic, plu­sieurs uni­ver­si­taires ont sou­li­gné l’ap­port in­con­tour­nable des tra­vaux de Fran­çois Chap­pé à toute ré­flexion sur le pa­tri­moine, no­tam­ment ma­ri­time, et mon­tré com­ment ces tra­vaux ins­pirent leurs propres re­cherches ou entrent en ré­so­nance avec elles.

Gens de mer

Par­mi eux, Jean-Michel Le Bou­lan­ger, Maître de confé­rences en Pa­tri­moine, a rap­pe­lé les risques qu’il y a à se fo­ca­li­ser sur les traces vi­sibles du pas­sé. « Il im­porte, a-t-il in­sis­té, de s’in­té­res­ser aux « gens », aux hommes et aux femmes qui les ont construits, uti­li­sés et aux si­tua­tions so­ciales dans les­quelles ils ont été mis en oeuvre. C’était tout le poids que Fran­çois Chap­pé don­nait à l’ex­pres­sion qu’il af­fec­tion­nait par­ti­cu­liè­re­ment : « les gens de mer » ».

Dé­my­thi­fier

La deuxième par­tie de cet hom­mage s’est dé­rou­lée, tou­jours dans l’am­phi­théâtre Fran­çois Chap­pé, dans le cadre des « Mar­dis de la re­cherche » or­ga­ni­sés tous les mois par l’UBS et ou­verts au pu­blic.

Jo Rio, Maître de confé­rences émé­rite de Bre­ton et Cel­tique, et Pierre Gué­rin (et ami d’en­fance de Fran­çois Chap­pé), phi­lo­sophe, y ont pré­sen­té l’his­to­rien de Paim­pol, au­teur de la Ré­pu­blique et de la mer, à la lu­mière du livre de l’au­teur ré­cem­ment ré­édi­té.

Ils ont no­tam­ment mon­tré com­ment ce pre­mier tra­vail de re­cherche sur Paim­pol ou­vrait une voie ori­gi­nale de confron­ta­tion de ces réa­li­tés avec les di­verses idéo­lo­gies des ac­teurs et des té­moins et avec les my­thi­fi­ca­tions lit­té­raires (Pierre Lo­ti) ou chan­son­nières (Théo­dore Bo­trel).

« Ri­gueur et vi­va­ci­té »

Jean-Yves Le Drian, très proche ami de Fran­çois Chap­pé, n’avait pu as­sis­ter à cette jour­née, mais ce sont ses mots d’in­tro­duc­tion au livre sur Paim­pol, qui ont conclu la jour­née : « Son exi­gence in­tel­lec­tuelle ri­gou­reuse, à l’égard de lui­même comme à l’égard de tous, à com­men­cer par ses plus proches amis, ne mé­na­geait pas les langues de bois et les mes­qui­ne­ries. Mais elle était in­sé­pa­rable de la convi­via­li­té cha­leu­reuse, exu­bé­rante et com­mu­ni­ca­tive qu’il par­ta­geait avec tous ceux qui aiment la vie. On en re­trouve l’écho tou­jours vi­vant dans ce livre où la pru­dence et la ri­gueur de la mé­thode se conjuguent avec la franche vi­va­ci­té par­fois iro­nique du ton et l’ex­pres­sion hu­ma­niste de l’in­di­gna­tion. »

Ber­nard Ca­ze­neuve

No­tons éga­le­ment que, dans son der­nier ou­vrage in­ti­tu­lé « 150 jours sous ten­sion à Ma­ti­gnon », l’an­cien Pre­mier ministre Ber­nard Ca­ze­neuve évoque Fran­çois Chap­pé « un Paim­po­lais, écrit l’an­cien ministre de l’In­té­rieur de Fran­çois Hol­lande, qui aime la vie et les chan­sons paillardes. Char­gé de la ré­dac­tion des dis­cours du ministre (Le Drian), cet éru­dit, pas­sion­né d’his­toire, est de­ve­nu au fil du temps un ami. »

Fran­çois Chap­pé, « Paim­pol, la Ré­pu­blique et la mer », 1880-1914 (1989, ré­édi­tion 2016 le­se­di­tions­de­ker­ni­non@gmail.com. Fran­çois Chap­pé, « His­toire, mé­moire et pa­tri­moine, de l’idéo­lo­gie à l’éthique hu­ma­niste » (2010, Presses Uni­ver­si­taires de Rennes)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.