Les Seine-et-Mar­nais pas fon­dus de conduite

La République de Seine-et-Marne (Édition A-B) - - A La Une - Va­nes­sa RELOUZAT 0@ Va­nes­saRe­lou­zat

Neige, gel et re-gel. Alors que l’Île-de-France était main­te­nue en vi­gi­lance orange jus­qu’à la fin de la se­maine, avec les chutes de neige ex­cep­tion­nelles, les Fran­ci­liens, peu confron­tés à ces condi­tions mé­téo, ga­lèrent sur les routes de cam­pagne.

Un épais man­teau blanc scin­tille sous la lu­mière du le­ver du so­leil. Le spec­tacle, dans la cam­pagne seine-et-mar­naise co­ton­neuse, a de quoi émer­veiller les conduc­teurs.

Mais sur les routes, la plu­part des au­to­mo­bi­listes n’en mènent pas large lors­qu’il s’agit de bra­ver la neige et le ver­glas.

Es­sayer de ré­duire au maxi­mum ses dé­pla­ce­ments. Fa­cile à dire mais pas tou­jours évident pour les tra­vailleurs.

Et prendre les axes im­por­tants, plus dé­ga­gés, plu­tôt que les zones se­con­daires, pas tou­jours pos­sible quand on ha­bite un vil­lage.

« Une ques­tion d’ha­bi­tude »

Alors, sur les dé­par­te­men­tales, ça pa­tine. Les pare-brises, pas tou­jours bien dé­gi­vrés rendent la conduite mal as­su- rée voire dan­ge­reuse. Trop lentes ou trop ra­pides, les vi­tesses ne sont pas for­cé­ment adap­tées au contexte. Ré­sul­tat : une ava­lanche de bou­chons, des routes fer­mées et des au­to­mo­bi­listes sur les dents.

Mais pour­quoi som­mes­nous si in­com­pé­tents quand le ciel pos­tillonne trois flo­cons et de­mi ?

« Il s’agit de condi­tions mé­téo­ro­lo­giques ex­cep­tion­nelles en Île-de-France et per­sonne n’est for­mé pour ça, re­la­ti­vise Mi­chael Moyo, for­ma­teur et com­mu­ni­ty ma­na­ger chez Cen­taure, à Réau. En Sei­neet-Marne, nous ne sommes pas sou­vent confron­tés à ce phé­no­mène et, en consé­quence, s’équi­per de pneu­ma­tiques adap­tés n’est pas un ré­flexe. Or, même en ré­gion pa­ri­sienne, il est pré­fé­rable d’uti­li­ser des pneus d’hi­ver pour an­ti­ci­per ce genre de si­tua­tion. » Se­lon le for­ma­teur, la règle d’or se ré­sume donc en un seul mot : l’an-ti-ci-pa-tion.

Des com­por­te­ments plus sûrs

« Pour évi­ter les ac­ci­dents, il faut an­ti­ci­per les frei­nages un maxi­mum et gar­der des dis­tances de sé­cu­ri­té su­pé­rieures à la nor­male en lais­sant trois à quatre se­condes d’in­ter­valle entre deux voi­tures, contre les deux se­condes ha­bi­tuelles, conseille le for­ma­teur. Dé­mar­rer pro­gres­si­ve­ment avec une ac­cé­lé­ra­tion douce et souple est éga­le­ment pri­mor­dial. »

Le centre de for­ma­tion or­ga- nise des stages de per­fec­tion­ne­ment à la conduite adap­tée à des condi­tions de cir­cu­la­tion dé­gra­dées tels que la neige et le ver­glas pour les par­ti­cu­liers. Des ses­sions heb­do­ma­daires d’une du­rée de 6h30, sur la jour­née, entre 8h30 et 16h30.

Ce stage s’adresse à tous les conduc­teurs pour les sen­si­bi­li­ser aux risques de la conduite. Coût de ce stage : 205 € TTC.

Le stage Cen­taure per­met ain­si de li­mi­ter le nombre d’ac­ci­dents ( par exemple, 42 % d’ac­ci­dents res­pon­sables en moins au cours de la car­rière du conduc­teur au­to­mo­bile lorsque le stage est réa­li­sé dans les trois pre­mières an­nées de per­mis). En 30 ans, un mil­lion de conduc­teurs ont sui­vi ce stage de per­fec­tion­ne­ment dans les centres Cen­taure.

Pneus neige, dis­tances de sé­cu­ri­té, frei­nage : la règle d’or de la conduite en cas de ver­glas est l’an­ti­ci­pa­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.