Ma­cron tente de ras­su­rer les éle­veurs au Sa­lon

Face aux éle­veurs, le chef de l’État a po­sé des condi­tions à l’ac­cord avec le Mer­co­sur

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE -

Ac­cueilli sous les sif­flets, le pré­sident de la Ré­pu­blique a es­sayé d’apai­ser la co­lère pay­sanne, no­tam­ment face au Mer­co­sur. Les agri­cul­teurs re­doutent des im­por­ta­tions mas­sives de boeuf sud­amé­ri­cain, qui pour­raient mettre en pé­ril l’éle­vage fran­çais.

Très at­ten­du sur la ques­tion de l’ac­cord de libre-échange avec le Mer­co­sur, qui pour­rait mettre en dan­ger l’éle­vage fran­çais, Em­ma­nuel Ma­cron a ten­té de don­ner des gages lors de sa vi­site au Sa­lon de l’agri­cul­ture. En exi­geant en par­ti­cu­lier des ga­ran­ties sa­ni­taires dra­co­niennes. lors que les ob­ser­va­teurs de la Porte de Ver­sailles s’at­ten­daient à un ac­cueil hou­leux pour le pré­sident de la Ré­pu­blique de la part des éle­veurs bo­vins, Em­ma­nuel Ma­cron a dé­joué les pro­nos­tics. Même si quelques sif­flets nour­ris sont mon­tés des tra­vées du Sa­lon de l’agri­cul­ture, ils n’étaient pas l’oeuvre de ces der­niers mais, en grande ma­jo­ri­té, de jeunes agri­cul­teurs d’Île­deF­rance.

C’est que le pré­sident de la Ré­pu­blique a pris soin de dé­mi­ner le ter­rain sur le su­jet ex­plo­sif du mo­ment : l’ac­cord de libre­échange en cours de né­go­cia­tion avec les pays du Mer­co­sur (Ar­gen­tine, Bré­sil, Uru­guay, Pa­ra­guay, Ve­ne­zue­la et Bo­li­vie). Une en­tre­vue avec les ac­teurs de l’in­ter­pro­fes­sion bo­vine a même été ajou­tée à cet ef­fet au pro­gramme de la vi­site au der­nier mo­ment. L’oc­ca­sion pour le chef de l’État de ras­su­rer ses in­ter­lo­cu­teurs.

Sur le chiffre de 100.000 tonnes par an gé­né­ra­le­ment avan­cé à Bruxelles, Em­ma­nuel Ma­cron a re­dit son op­po­si­tion et ré­ité­ré sa ligne rouge. « La po­si­tion de la France reste un contin­gent de 70.000 tonnes », dé­voile Bru­no Du­fayet, le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale bo­vine (FNB). À la pointe du com­bat, il a no­té, avec plai­sir, des évo­lu­tions no­tables dans le dis­cours pré­si­den­tiel. S’il n’est pas ques­tion de s’op­po­ser à cet ac­cord, l’heure se­rait plu­tôt à l’as­sor­tir de condi­tions dra­co­niennes pour que ces viandes res­pectent les stan­dards eu­ro­péens. Un préa­lable es­sen­tiel pour la FNB.

« Nous l’avons sen­si­bi­li­sé à la né­ces­si­té de pro­té­ger le mo­dèle d’éle­vage fran­çais en ins­tau­rant des condi­tions à l’en­trée de viandes du Ca­na­da et du Mer­co­sur. L’in­ter­dic­tion des hor­mones doit être éten­due aux pra­tiques d’éle­vage telles que l’uti­li­sa­tion de fa­rines ani­males et d’an­ti­bio­tiques comme ac­ti­va­teurs de crois­sance pour que ces viandes n’ar­rivent pas en Eu­rope. »

La ré­ponse d’Em­ma­nuel Ma­cron a sa­tis­fait Bru­no Du­fayet. « Il a af­fir­mé qu’il n’y au­rait pas de condi­tions moins di­santes par rap­port à la ré­gle­men­ta­tion eu­ro­péenne et que pas une seule tonne de viande ne ren­tre­rait tant que le sui­vi et le contrôle sa­ni­taire des ani­maux ain­si que la tra­ça­bi­li­té ne se­ront pas iden­tiques à ce qui est pra­ti­qué dans l’Union eu­ro­péenne. »

Le pré­sident de la FNB, qui de­meure op­po­sé à tout contin­gent, prend « acte des pro­pos du pré­sident ». « Mais nous al­lons nous mon­trer très vi­gi­lants sur le res­pect de ses en­ga­ge­ments », a­t­il conclu.

PHO­TO THIER­RY LINDAUER

DIA­LOGUE. Comme le veut la for­mule consa­crée, le pré­sident de la Ré­pu­blique a pris le tau­reau par les cornes, pour ras­su­rer les éle­veurs sur l’épi­neux dos­sier de l’ac­cord de libre-échange avec le Mer­co­sur lors de l’inau­gu­ra­tion du Sa­lon de...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.