Le bal­bu­zard dé­jà de re­tour dans la fo­rêt

De­puis quatre ans, les bal­bu­zards pê­cheurs ar­rivent plus tôt, en fé­vrier, dans le Gien­nois

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE -

Les ra­paces ar­rivent plus pré­co­ce­ment. Ce chan­ge­ment du com­por­te­ment mi­gra­toire est-il dû au ré­chauf­fe­ment de la pla­nète ?

Pour la qua­trième an­née consé­cu­tive, le pre­mier bal­bu­zard pê­cheur vient d’être ob­ser­vé, en fé­vrier (le 20 pré­ci­sé­ment), au­des­sus du mas­sif de la fo­rêt d’Or­léans. Ces ar­ri­vées pré­coces au­gu­ren­telles un chan­ge­ment pro­gres­sif du com­por­te­ment mi­gra­toire de l’es­pèce, illus­trant les consé­quences sup­po­sées des mo­di­fi­ca­tions cli­ma­tiques sur la faune sau­vage en­re­gis­trées sur l’en­semble de la pla­nète ?

Pour mé­moire, au cours de la pé­riode 1980­2014, la ma­jo­ri­té des dates d’ar­ri­vées de ce grand mi­gra­teur sur le dé­par­te­ment du Loi­ret était concen­trée entre le 5 et le 30 mars.

Quinze à vingt jours d’avance pour les plus im­pa­tients, rien de ré­vo­lu­tion­naire en soi ! Car, en vé­ri­té, le bal­bu­zard reste un mi­gra­teur so­li­taire et le pre­mier ar­ri­vé sur ses terres de re­pro­duc­tion se doit, c’est l’évi­dence même, at­tendre son fi­dèle par­te­naire pour en­tre­prendre sa sai­son de ni­di­fi­ca­tion.

Car, il ne faut pas l’ou­blier, la mi­gra­tion chez les oi­seaux n’est pas ba­sée sur un goût im­mo­dé­ré pour l’éco­tou­risme mais uni­que­ment or­don­née par une ad­dic­tion for­ce­née au sexe, plus pré­ci­sé­ment pour as­sou­vir son ins­tinct de re­pro­duc­tion.

Et pour la ri­paille aus­si, à base de pois­sons, ça va de soi car même si le bal­bu­zard raf­fole de pois­sons frais (contrai­re­ment au py­gargue qu’il croise par­fois sur les terres li­gé­riennes), il est contraint de s’ex­pa­trier six mois par an. Une ab­sence jus­ti­fiée car il ne sait pas pê­cher dans les étangs ge­lés.

Si son propre ca­len­drier semble se mo­di­fier, les hy­po­thèses de ce sub­til chan­ge­ment res­tent plus com­plexes qu’il n’y pa­rait. Car la com­pré­hen­sion des mi­gra­tions ani­males est tout aus­si dé­li­cate que l’étude des phé­no­ mènes cli­ma­tiques.

À quel mo­ment dé­cide­t­il d’en­tre­prendre son fa­bu­leux voyage, deux fois par an ?

Uni­que­ment lorsque la du­rée quo­ti­dienne d’en­so­leille­ment aug­mente (au prin­temps) ou di­mi­nue (en au­tomne).

Ce pro­ces­sus pa­raît être dé­clen­ché par une mo­di­fi­ca­tion hor­mo­nale (une sorte d’hor­loge in­terne très pré­cise) chez l’oi­seau lui in­di­quant que la pé­ riode pré­nup­tiale est proche et l’amorce du tra­jet de re­tour im­mi­nente.

Le plan de route dé­sor­mais pro­gram­mé, il lui fau­dra prendre en compte les condi­tions de na­vi­ga­tion : di­rec­tion des vents, vi­si­bi­li­té au sol, ca­ni­cule, ou em­pla­ce­ments des « res­to­routes » le long de son azi­mut de voyage.

Des lu­carnes mé­téo­ro­lo­giques

Comme chaque an­née de­puis une dé­cen­nie, le mois de fé­vrier offre une al­ter­nance de pé­riode gla­ciale, de pré­ci­pi­ta­tions abon­dantes et de tem­pé­ra­tures qua­si prin­ta­nières. Dans ces in­ter­valles de courte du­rée se créent quelques fois des sortes de lu­carnes mé­téo­ro­lo­giques fa­vo­rables aux dé­clen­che­ments in­ternes des mi­gra­tions.

À cette op­por­tu­ni­té vient s’ajou­ter un autre fac­teur dé­ter­mi­nant, ce­lui d’une aug­men­ta­tion moyenne des tem­pé­ra­tures (de 2 °C et 3 °C) qui im­pliquent une pré­co­ci­té dans l’émer­gence des res­sources ali­men­taires.

En­fin, les der­nières don­nées four­nies par de nom­breux ob­ser­va­teurs, en Eu­rope du sud, in­diquent que cer­tains bal­bu­zards ma­ni­festent un chan­ge­ment de leurs sites d’hi­ver­nages.

Dé­sor­mais de nom­breux in­di­vi­dus passent leur hi­ver en Es­pagne, au Por­tu­gal et même dans le sud­ouest de la France. (288 ob­ser­va­tions en vingt­trois ans et douze oi­seaux dif­fé­rents).

La mi­gra­tion, chez les oi­seaux, est liée à la re­pro­duc­tion

PISCIVORE. Dans le Loi­ret, le bal­bu­zard pêche, en al­ter­nance, en Loire et en étangs, en fonc­tion du ni­veau des eaux et de leur tur­bi­di­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.