« Le mou­ve­ment ré­pond à des at­tentes de la so­cié­té »

La République du Centre (Dimanche) - - LE FAIT DU JOUR -

Em­ma­nuel Bar­bier est dé­lé­gué ter­ri­to­rial des scouts et guides de France du ter­ri­toire Or­léa­nais Ber­ry (Loi­ret, Cher, Indre). ■ Comment a évo­lué votre mou­ve­ment, ces der­nières an­nées ?

Dans le Loi­ret, nous comp­tons 670 adhé­rents, avec une crois­sance de 4 à 8 % chaque an­née. Il y a au­jourd’hui neuf groupes ou­verts. Après une phase de dé­crois­sance, il y a une quin­zaine d’an­nées, on re­monte de­puis quatre à cinq ans. L’an der­nier, deux groupes ont vu le jour : à La Fer­té­Saint­Au­bin et Châ­teau­neuf­sur­Loire. Et on a pros­pec­té du cô­té de Cour­te­nay. Dans l’Or­léa­nais, un groupe de scouts ma­rins est aus­si en cours de créa­tion. ■ De­vez-vous re­fu­ser du monde dans le dé­par­te­ment ?

Non, sur notre ter­ri­toire, il n’y a pas de liste d’at­tente. Mais au ni­veau na­tio­nal, on es­time à 5.000 le nombre de jeunes qui n’ar­rivent pas à faire du scou­tisme alors qu’ils le sou­hai­te­raient. Les ani­ma­teurs bé­né­voles sont dif­fi­ciles à trou­ver pour l’en­ca­dre­ment des groupes. Et au­de­là de 25 à 30 jeunes par uni­té, il est dif­fi­cile de faire du scou­tisme de qua­li­té.

■ Comment ex­pli­quer cet en­goue­ment ? Le mou­ve­ment ré­pond à des at­tentes de la so­cié­té : le re­tour à des va­leurs simples, le lien avec la na­ture, l’en­traide, la so­li­da­ri­té. C’est un mou­ve­ment édu­ca­tif, d’ap­pren­tis­sage du vivre en­semble, de la dé­mo­cra­tie. On est dans l’édu­ca­tion par l’ac­tion. Il y a une at­trac­tion na­tu­relle des jeunes, et une en­vie, des pa­rents aus­si, de s’in­ves­tir. Dans les ou­ver­tures de groupe qu’on réa­lise, on constate que cer­tains n’ont ja­mais fait de scou­tisme, ce n’est pas une tra­di­tion fa­mi­liale, mais ces per­sonnes ont un a prio­ri po­si­tif.

■ Y a-t-il sys­té­ma­ti­que­ment un

lien avec l’église ? C’est un mou­ve­ment ca­tho­lique ou­vert à tous. On a des gens qui dé­couvrent l’église. Ou qui sont d’autres re­li­gions. On ne de­mande pas à ce que les gens soient bap­ti­sés ou de croire. On ne fait pas de ca­té­chèse. Dans notre mou­ve­ment, il y a la vo­lon­té d’être ou­vert. Et d’ac­cueillir le plus d’en­fants pos­sible. On de­mande juste à ce que la re­li­gion y soit un su­jet libre. Comment cha­cun peut res­pec­ter l’autre dans ses convic­tions, c’est ce qui nous in­té­resse. Pro­pos re­cueillis par Au­ré­lie Ri­chard

SCOUTS ET GUIDES DE FRANCE. Em­ma­nuel Bar­bier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.