LES BAR­RAGES

La République du Centre (Dimanche) - - LEFAIT DU JOUR -

Pas touche. L’autre grand truc du cas­tor, c’est le bar­rage. Fait de bois et de terre, il peut at­teindre 80 cm de haut pour dix mètres de large. Lar­ge­ment de quoi faire sor­tir une pe­tite ri­vière de son lit, jus­qu’à noyer un jar­din ou un pré aux vaches ne pou­vant, de fait, plus paître. Ber­nard Le­rale dit in­ter­ve­nir une di­zaine de fois par an sur des bar­rages. « Là en­core, j’ar­rive avec de mau­vaises nou­velles, il est in­ter­dit de les dé­truire en France (au risque d’avoir af­faire

à la jus­tice, lire par ailleurs )». Ex­cep­tion. Sauf si l’édi­fi­ca­tion (qui vise à faire mon­ter le ni­veau d’eau pour que l’en­trée du ter­rier dis­pa­raisse des­sous) a un im­pact pro­fes­sion­nel. Au­quel cas, « va y avoir de la pa­pe­rasse à rem­plir. Faut en­voyer un do­cu­ment Cerfa ex­pli­ca­tif du pro­blème à la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale des ter­ri­toires. Une com­mis­sion d’une di­zaine de per­sonnes va en­suite se réu­nir pour don­ner un avis fa­vo­rable, ou non, à la des­truc­tion. Suite à ça, il peut ar­ri­ver, mais c’est très rare, et je n’ai ja­mais eu à su­per­vi­ser ce type d’opé­ra­tion dans le Loi­ret, que l’on en­voie une pel­le­teuse sur place. Elle se­rait, le cas échéant, à la charge du de­man­deur », pré­cise l’ins­pec­teur, qui s’ac­com­mode, en gé­né­ral, d’une en­taille dans le bar­rage, « et en quatre, cinq jours, l’eau fi­nit par s’écou­ler ».

Il re­vient, et re­bouche. Pré­ci­sons qu’il s’agit là du scé­na­rio idéal, la sal­va­trice per­cée dans l’ou­vrage ne pou­vant s’ef­fec­tuer qu’à la stricte condi­tion qu’il n’y ait pas de gîte en amont, « pour ne pas dé­ran­ger le bio­tope du cas­tor, son lieu de vie ». Se doute-t-il seule­ment, l’ani­mal pro­té­gé, des tra­cas­se­ries qu’il peut cau­ser ? Non, au­quel cas, il ne re­vien­drait pas, de nuit, re­bou­cher le trou du po­li­cier dans le bar­rage. Eau qui re­monte…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.