Un champ en­va­hi jus­qu’à de­main par près de deux mille teu­feurs

Près de 2.000 teu­feurs ont ren­dez­vous ce week­end

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE - Anne-Laure Le Jan anne-laure.le­jan@cen­tre­france.com

Près de 2.000 per­sonnes étaient dé­jà ar­ri­vées, hier, au lieu-dit « Mor­tu­mier », pour une free par­ty, qui de­vrait se ter­mi­ner lun­di soir. Les gen­darmes sont mo­bi­li­sés du­rant tout le week-end.

LDe nom­breux gen­darmes mo­bi­li­sés

es Choux, à peine 500 âmes et… 2.000 teu­feurs ! C’est du moins le nombre de par­ti­ci­pants at­ten­dus à la free par­ty (*), qui a dé­bu­té ven­dre­di, à 21 heures, dans la pe­tite com­mune du Gien­nois. Un chiffre qua­si­ment at­teint hier soir. La fête, or­ga­ni­sée par le col­lec­tif des In­sou­mis (sans lien avec le par­ti de Jean­Luc Mé­len­chon !) de­vrait se ter­mi­ner de­main soir.

Libre, gra­tuite, clan­des­tine (à la dif­fé­rence, par­fois, des raves), elle ne ré­pond pas aux règles gou­ver­ne­men­tales. Les par­ti­ci­pants, ins­tal­lés sur un ter­rain pri­vé, au lieu­dit « Mor­tu­mier », n’ont pas de­man­dé d’au­to­ri­sa­tion préa­lable au pro­prié­taire. Ce der­nier a donc dé­po­sé une plainte à la gen­dar­me­rie, hier ma­tin.

Tout au long du wee­kend, les forces de l’ordre se­ront mo­bi­li­sées en nombre, no­tam­ment à l’en­trée du site. Les mi­li­taires fouillent les par­ti­ci­pants et sou­mettent ceux qui quittent l’en­droit à des dé­pis­tages d’al­coo­lé­mie et de stu­pé­fiants.

La nou­velle n’a pas ré­joui le maire, Di­dier Bon­gi­bault, même s’il reste phi­lo­sophe : « Le pré­fet est au cou­rant, les gen­darmes sont pré­sents. On en­ tend lé­gè­re­ment les bruits des basses, mais ça ne dé­range pas les ad­mi­nis­trés. Cer­tains m’ont tout de même ap­pe­lé. Je leur ai dit que ça du­re­rait tout le week­end. Il faut prendre son mal en pa­tience ».

Comme l’ex­plique Vi­king, un des or­ga­ni­sa­teurs, cette free par­ty, sur le thème du Ja­pon mé­dié­val, est « l’une des plus im­por­tantes de l’an­née. Elle nous a de­man­dés six mois de pré­pa­ra­tion. Les gens viennent de toute la France, mais aus­si de pays voi­sins, le Por­tu­gal, la Bel­gi­ que, les Pays­Bas… »

Sur place, l’as­so­cia­tion Tech­no +, qui in­ter­vient pour ré­duire les risques liés aux pra­tiques fes­tives, a ins­tal­lé un stand. For­més aux pre­miers se­cours, ses membres in­ter­viennent en cas de « bo­bos sans gra­vi­té. On pré­fère gé­rer, plu­tôt que de pé­na­li­ser les pom­piers ». Ils sont tout de même in­ter­ve­nus hier, vers mi­di, pour une jeune fille qui « ne se sen­tait pas bien ».

À la fin de cette free par­ty, les or­ga­ni­sa­teurs pro­mettent que le site se­ra net­toyé.

ÉVÉ­NE­MENT. Près de 2000 par­ti­ci­pants sont at­ten­dus à la free par­ty or­ga­ni­sée au lieu-dit « Mor­tu­mier », aux Choux, jus­qu’à lun­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.