Les arts du jar­din sont au parc flo­ral

Na­ture

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE - Philippe Re­naud philippe.re­naud@cen­tre­france.com

OR­LÉANS. Quatre­vingt­dix ex­po­sants, pé­pi­nié­ristes, ar­ti­sans et ar­tistes, sont réunis jus­qu’à ce soir dans les al­lées ver­doyantes du site de La Source.

ORI­GI­NA­LI­TÉ. On y trouve des plantes rares, mais aus­si des idées de dé­co­ra­tion pour per­son­na­li­ser sa pe­louse ou son po­ta­ger.

Vous êtes à la re­cherche de plantes rares ou d’idées de dé­co­ra­tion pour agré­men­ter votre pe­louse ou votre ter­rasse ? La ma­ni­fes­ta­tion qui se tient jus­qu’à ce soir, à Or­léans, est une source in­épui­sable d’ins­pi­ra­tion. Une belle op­por­tu­ni­té de ba­lade en ce di­manche presque en­so­leillé.

Sa­me­di, dix heures. Le ciel gris et me­na­çant ne va plus tar­der à lâ­cher ses larmes. Il en faut bien da­van­tage pour dé­cou­ra­ger les pre­miers vi­si­teurs du sa­lon des arts du jar­din.

On fait dé­jà la queue, à l’en­trée du parc flo­ral d’Or­léans. Qui ar­mé d’un sac, qui flan­qué d’un ca­bas à rou­lettes. La res­pon­sable du parc, Éri­ka Zim­mer­mann, avait pré­ve­nu : « Le sa­me­di ma­tin, les per­sonnes viennent faire leurs em­plettes. Ils au­ront le reste du week­end pour faire leurs plan­ta­tions. Ce n’est pas le même pu­blic le di­manche, où la sor­tie est plus fa­mi­liale ».

Tan­dis que l’averse pro­mise dé­trempe le ga­zon, les pro­me­neurs, en ci­ré ou ar­més d’un pa­ra­pluie, font le tour des stands. En connais­seurs. À l’image de Da­li­la et Sé­bas­tien, de Chain­gy. « Nous avons un hec­tare de ter­rain à amé­na­ger. Nous sommes ve­nus ache­ter un érable du Ja­pon et des iris », in­dique le couple.

90 ex­po­sants sont ré­par­tis le long d’un par­cours où pé­pi­nié­ristes, ar­tistes, bo­ta­nistes et mar­chands d’ob­jets de dé­co­ra­tions se cô­toient. « Nous avons sou­hai­té cette al­ter­nance. L’idée est de pré­sen­ter un jar­din vi­vant », ex­plique Éri­ka Zim­mer­mann.

Et sur­tout, de pro­po­ser au vi­si­teur des va­rié­tés de plantes qu’il ne trou­ve­ra nulle part ailleurs. Comme le fait cette pé­pi­nié­riste, spé­cia­li­sée dans les fou­gères, au­près de la­quelle on ap­prend qu’il existe 3 à 400 va­rié­tés rus­tiques et 4.000 va­rié­tés tro­pi­cales.

Avec le même en­thou­siasme dé­bor­dant qui se rit des on­dées, Gilles Si­mon, pé­pi­nié­riste à Poilly­lez­Gien, dit être « tom­bé de­dans » à l’âge de 5 ans. Au­jourd’hui, son ca­ta­logue d’arbres et d’ar­bustes du monde en­tier com­prend 14.000 es­pèces.

Des sources d’ins­pi­ra­tion

Et puis, à cô­té de ces amou­reux de la na­ture, sur­gissent ça et là d’autres pas­sion­nés. Ceux­là ont choi­si de re­vi­si­ter la dé­co­ra­tion des jar­dins. À mille lieues des nains en cé­ra­mique et des mou­lins en plas­tique, leurs ob­jets consti­tuent au­tant de sources d’ins­pi­ra­tion pour le vi­si­teur en quête d’idées nou­velles.

C’est le cas de Ma­rie­Hé­lène, de Saint­Denis­en­Val. « Dans mon jar­din, j’aime bien mé­lan­ger les ob­jets. Il y a ici de bonnes idées de dé­co­ra­tion pour per­son­na­li­ser son jar­din. C’est fas­ci­nant, plein de sur­prises et on ne trouve pas ça ailleurs », té­moigne cette ha­bi­tuée du sa­lon.

Se­lon la mé­téo, les or­ga­ni­sa­teurs at­tendent entre 8.000 et 9.000 per­sonnes pour cette hui­tième édi­tion. « Pour l’oc­ca­sion, on ouvre six caisses, au lieu d’une ha­bi­tuel­le­ment », pré­cise la res­pon­sable du parc flo­ral.

Le sa­lon est en­core ou­vert au­jourd’hui. Le dé­pay­se­ment est ga­ran­ti.

« L’idée est de pré­sen­ter un jar­din vi­vant »

PHOTO ÉRIC MALOT

PHOTOS ÉRIC MALOT

ÉCRIN. Le parc flo­ral est un lieu idéal pour dé­am­bu­ler entre les stands et agré­men­ter son propre jar­din de plantes ori­gi­nales et d’ob­jets plus ou moins in­so­lites.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.