Dans la der­nière ligne droite

150 per­sonnes étaient réunies à Châ­teau­neuf, hier ma­tin

La République du Centre (Dimanche) - - LOIRET - Au­ré­lie Ri­chard au­re­lie.ri­chard@cen­tre­france.com

« Ce que nous vou­lons, c’est le juste prix », a mar­te­lé Di­dier Be­zard, porte-pa­role de l’Adus, hier ma­tin, lors d’un nou­veau ras­sem­ble­ment.

Aun mois de l’au­dience au tri­bu­nal de Mon­tar­gis, qui va se te­nir le mar­di 15 mai à 14 heures, l’Adus (As­so­cia­tion des usa­gers du Sic­tom) ap­pe­lait hier à un nou­veau ras­sem­ble­ment à Châ­teau­neuf­sur­Loire. Ils étaient 150 réunis sur la place Aris­tide­Briand, fer­mée pour l’oc­ca­sion.

Un moyen de mettre la pres­sion et aus­si « de pré­ve­nir les gens, les ren­sei­gner le mieux pos­sible », in­di­quait Claude Hu­bert, pré­sident de l’Adus. « Des usa­gers ont peur qu’un huis­sier vienne. Ils ont re­çu des lettres de rap­pel pour payer leur fac­ture. Nous, on conseille aux gens de ne pas payer ! »

« Trans­for­mé en pe­tit ou­vrier du Sic­tom »

Per­ché sur la pla­te­forme d’un ca­mion, aux cô­tés du pré­sident, Di­dier Be­zard, porte­pa­role de l’Adus, a de nou­veau, « dé­non­cé un ra­cket mo­nu­men­tal ». « La grille ta­ri­faire mise en place par le Sic­tom (Syn­di­cat in­ter­com­mu­nal de col­lecte et de trai­te­ment des or­dures mé­na­gères) de Châ­teau­neuf­sur­Loire est ou­tran­cière, aber­rante. Elle met la tête sous l’eau des usa­gers […] Le for­fait de 17 le­vées oblige cer­tains à al­ler à la dé­chet­te­rie. On est trans­for­mé en pe­tit ou­vrier du Sic­tom. »

Se­lon ses chiffres, avec la mise en place de la rede­ vance in­ci­ta­tive, une le­vée sup­plé­men­taire coû­te­rait, par exemple, pour une pou­belle de 80 litres 2,76 € ; pour une de 300 litres, 6,12 €. « Ce­la fait deux ans que l’on se bat. Il ne faut rien lâ­cher. Ce que nous vou­lons, c’est le juste prix ! », a­t­il mar­te­lé. « Comment est­il pos­sible de faire payer 17 le­vées à quel­qu’un qui ne sort sa pou­belle que cinq fois par an ! »

Dans la même veine que ses dis­cours pré­cé­dents, Di­dier Be­zard a fus­ti­gé « la sou­mis­sion des élus. In­ac­cep­table. Ils nous tra­hissent. » Et d’ap­pe­ler, une nouvelle fois, à « la dé­mis­sion de Da­niel Bre­ton », le pré­sident du Sic­tom, qui couvre une soixan­taine de com­munes et 45.000 foyers.

Au tri­bu­nal oui… mais dans le calme

Di­dier Be­zard a conclu son dis­cours en rap­pe­lant que « 1.200 per­sonnes ont dé­po­sé un re­cours en jus­tice ». Si la ve­nue d’usa­gers à l’au­dience du tri­bu­nal de Mon­tar­gis est pos­sible, le porte­pa­role a pré­ve­nu : « Nous ne se­rons pas dans le même contexte. Qu’on soit vi­ru­lent à l’es­pace Flo­rian de Châ­teau­neuf­sur­Loire (le der­nier co­mi­té syn­di­cal du Sic­tom, qui s’y était dé­rou­lé, avait été cha­hu­té), c’est lé­gi­time. Au tri­bu­nal, les juges de­vront être dans le calme. Ça dé­mon­tre­ra notre sa­voir­vivre. C’est maître Ma­net­ti qui nous y dé­fen­dra. »

CALMES. Les usa­gers réunis place Aris­tide-Briand ont écou­té Di­dier Be­zard, porte-pa­role de l’Adus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.