Ala­phi­lippe : « Une belle deuxième place »

La République du Centre (Dimanche) - - TOUR DE FRANCE 2018 - Ra­phaël Ro­chette ra­phael.ro­chette@cen­tre­france.com

En échap­pée de­puis le dé­but de l’étape, Ju­lian Ala­phi­lippe s’est in­cli­né de­vant Omar Fraile (As­ta­na), hier, à Mende. « Je n’ai pas de re­gret, j’ai tout don­né », confiait l’Au­ver­gnat de la Quick-Step, heu­reux d’avoir pas­sé une jour­née de plus avec le maillot à pois. «P ut…, fait ch… ! » En pas­sant la ligne, Ju­lian Ala­phi­lippe n’a pu re­te­nir un ju­ron. Le Mont­lu­çon­nais de la Quick­Step vou­lait mettre à pro­fit un fi­nal d’étape lui conve­nant à mer­veille (avec une côte de 3 km à 10,2 % de moyenne) et s’im­po­ser de­vant sa fa­mille ve­nue l’en­cou­ra­ger, hier à Mende. Hé­las, la vic­toire lui a échap­pé de peu. Pour six se­condes, exac­te­ment, après une longue jour­née en échap­pée.

« Je suis cra­mé »

Ci­té par­mi les grands fa­vo­ris de cette 14e étape, pour ses qua­li­tés de pun­cheur, Ju­lian Ala­phi­lippe s’est conten­té de la 2e place. Son at­taque dans la mon­tée fi­nale, à un ki­lo­ mètre du som­met, ne lui a pas per­mis de coif­fer Omar Fraile (As­ta­na), le­quel a an­ti­ci­pé son dé­mar­rage, en s’iso­lant dès le pied de la côte de la Croix neuve (2e ca­té­go­rie), à 5 ki­lo­mètres de la ligne.

Le por­teur du maillot à pois a re­pris le Belge Jas­per Stuy­ven (Trek­Se­ga­fre­do), long­temps seul à l’avant, mais pas l’Es­pa­gnol d’As­ta­na. En ré­sis­tant au gros fi­nish du Bour­ bon­nais, Fraile a dé­cro­ché sur l’aé­ro­drome de Mende un pre­mier suc­cès dans le Tour. Une dé­cep­tion, for­cé­ment, pour Ju­lian. At­té­nuée par le fait que l’Au­ver­gnat a dé­jà eu le bon­heur de le­ver les bras sur ce Tour de France, mar­di au Grand­Bor­nand. Et parce qu’il a mar­qué aus­si quelques points pré­cieux au clas­se­ment du meilleur grim­peur. Il por­te­ra en­core au­jourd’hui ce

beau pa­le­tot. Et ça suf­fit à faire son bon­heur.

Ju­lian, vous vou­liez « ten­ter quelque chose » sur cette étape, dont la mon­tée fi­nale est com­pa­rable au Mur de Huy, où vous avez rem­por­té la Flèche Wal­lonne au prin­temps. Vous avez te­nu pa­role en étant l’un des pre­miers cou­reurs à s’échap­per et en at­ta­quant dans le fi­nal. J’ai été of­fen­sif. Je suis content d’avoir pas­sé la jour­ née à l’avant avec mes deux co­équi­piers, Yves ( Lam­paert) et Phi­lippe ( Gil­bert). Ils m’ont fait confiance et ont tout don­né pour moi dans le fi­nal. Mal­heu­reu­se­ment, il n’y a pas la vic­toire au bout, mais c’est une belle deuxième place. J’au­rais ai­mé m’im­po­ser pour faire plai­sir à ma fa­mille. Et aus­si pour ré­com­pen­ser le tra­vail de mes co­équi­piers. Mes proches sont quand même contents. C’est beau­coup de plai­sir de voir mes parents et mon frère (Léo) à l’ar­ri­vée. Et c’est spé­cial de faire deuxième avec le maillot à pois sur les épaules. Vous vous êtes fait très mal dans la der­nière côte, mais ça n’a pas suf­fi… C’était un ef­fort hy­per violent. Je suis mar­qué, cra­mé… For­cé­ment, je suis un peu dé­çu de pas­ser si proche de la vic­toire. Mais j’ai bien sen­ti dans le der­nier ki­lo­mètre que Fraile était cos­taud. Mes équi­piers ont fait un su­per bou­lot toute la jour­née. C’était l’ob­jec­tif pour moi d’al­ler dans l’échap­pée. Donc, c’est plu­tôt une bonne jour­née.

■ Quelle analyse faites-vous de cette deuxième place, vous qui en avez dé­jà beau­coup à votre pal­ma­rès ? Celle­là, je la di­gère mieux parce que j’ai dé­jà ga­gné une étape (sur le Tour de

France). Donc, je suis un peu plus re­lax. C’est dom­mage, parce que j’étais très mo­ti­vé. Mais voi­là, j’ai don­né tout ce que j’avais. J’ai ten­té le tout pour le tout dans le der­nier ki­lo­mètre (de la côte de la Croix neuve, ndlr). Mais Fraile était tout sim­ple­ment le plus fort, donc bra­vo à lui. Il a réus­si à main­te­nir son écart jus­qu’à la ligne. J’échoue de peu en­core.

■ Al­lez-vous ten­ter un autre coup sur la pro­chaine étape, la der­nière de moyenne mon­tagne, avant d’abor­der

les Py­ré­nées ? Je vais voir comment je ré­cu­père de mes ef­forts. J’ai quand même tout don­né au­jourd’hui (hier). Donc, je prends jour après jour…

« Fraile était le plus fort, tout sim­ple­ment »

PHO­TOS RI­CHARD BRU­NEL

DÉ­CEP­TION. Ju­lian Ala­phi­lippe a échoué de peu pour la vic­toire d’étape.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.