Un for­ce­né ar­mé lâche son chien sur les gen­darmes

L’homme âgé de 50 ans a fi­na­le­ment été maî­tri­sé.

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE - Florent Buis­son (avec Pas­cale Au­di­teau)

Un homme se­ra ju­gé, de­main, en com­pa­ru­tion im­mé­diate par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Mon­tar­gis, après une soi­rée ro­cam­bo­lesque qui au­rait pu fi­nir de fa­çon dra­ma­tique.

Un coup de fo­lie, un coup de sang, qui au­rait pu coû­ter la vie d’un homme de 50 ans, ré­si­dant à SaintBe­noît­sur­Loire.

Jeu­di der­nier, vers 18 h 30, les gen­darmes de Sul­ly­sur­Loire sont ap­pe­lés par une femme in­quiète. Son ma­ri, qui se trouve seul chez eux, me­nace de se sui­ci­der « en jouant à la rou­lette russe » avec son re­vol­ver. Elle ajoute qu’il pos­sède aus­si un fu­sil à pompe et des mu­ni­tions.

En ar­ri­vant sur place, les mi­li­taires tombent sur le for­ce­né, dans son jar­din avec son chien, et vi­si­ble­ment très éner­vé de les voir dé­bar­quer. Il les in­vec­tive, re­fuse le dia­logue. Puis rentre chez lui et en res­sort quelques mi­nutes plus tard, avec une arme, poin­tée sur eux, se­lon le ré­cit du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Mon­tar­gis, Loïc Abrial.

Tou­jours se­lon le ma­gis­trat, l’homme in­sulte les mi­li­taires et leur dit clai­re­ment qu’il va « cher­cher plus gros », en se re­di­ri­geant vers la mai­son.

Entre­temps, il té­lé­phone à sa femme pour lui pré­ci­ser qu’elle a cinq mi­nutes pour les faire par­tir. Ex­cé­dé, il fi­nit par en­voyer son chien at­ta­quer les mi­li­tai­ res, qui in­ter­viennent, en fai­sant feu plu­sieurs fois sur l’ani­mal. Le chien a été blessé, mais pas mor­tel­le­ment, se­lon les dires du pro­cu­reur.

Son maître a fi­na­le­ment été in­ter­pel­lé. Il por­tait aus­si un cou­teau sur lui.

Il a été dé­fé­ré, hier, de­vant le par­quet de Mon­tar­gis.

Il a été pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire avant son ju­ge­ment, lun­di après­mi­di, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, dans le cadre d’une com­pa­ru­tion im­mé­diate.

Il est pour­sui­vi pour « ou­trages, me­naces de mort sur per­sonnes dé­po­si­taires de l’au­to­ri­té pu­blique, vio­lences avec armes » (arme à feu et arme par des­ti­na­tion : le chien) ain­si que pour « dé­ten­tion non au­to­ri­sée d’une arme », en l’oc­cur­rence le fu­sil à pompe. Le re­vol­ver étant consi­dé­ré comme une arme de col­lec­tion.

Il en­court jus­qu’à cinq ans de pri­son. « Je n’ai ap­pris la nou­velle que ce ma­tin, té­moigne un voi­sin, croi­sé sur place. On le connaît et il n’a ja­mais fait par­ler de lui. C’est quel­qu’un de plu­tôt sym­pa. Les évé­ne­ments de la vie font que par­fois on dé­rape… »

Il se­ra ju­gé ce lun­di, à Mon­tar­gis

PAS­CALE AU­DI­TEAU

OPÉ­RA­TION. Le pe­lo­ton de sur­veillance et d’in­ter­ven­tion de la gen­dar­me­rie est in­ter­ve­nu dans la pe­tite com­mune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.