La plon­gée a le vent en poupe dans le Loi­ret

La République du Centre (Dimanche) - - LA UNE - Da­vid Creff da­vid.creff@cen­tre­france.com

À l’heure des ins­crip­tions en clubs, en as­so­cia­tions, fo­cus sur une ac­ti­vi­té ado­rée des Loi­ré­tains : la plon­gée sous-ma­rine. Ils sont ain­si près de 1.500 à pra­ti­quer ce loi­sir dans le dé­par­te­ment, pour­tant pas fran­che­ment col­lé à la mer. Comme à La Cha­pelle-Saint-Mes­min, dans les eaux chlo­rées de sa pis­cine. 2

0 h 30. La pe­tite pis­cine de La Cha­pelle­Saint­Mes­min est main­te­nant fer­mée aux maillots de bain. Ça ri­cane pour­tant dans le hall. Les hommes gre­nouilles sont là, en­core en te­nue ci­vile, mais prêts à re­mi­ser shorts et cla­quettes au ves­tiaire. À se je­ter à l’eau. Ils sont une quin­zaine ce soir­là, dont le prof Ian, le dé­bon­naire Amé­ri­cain Mi­chael, Marc, Béa (son por­trait de pas­sion­née à lire

par ailleurs) et Jean­Pierre, le pré­sident du GPC, du Groupe de plon­gée cha­pel­lois. Un club plu­tôt mo­deste (55 membres), au pas­sage, à l’échelle d’un Loi­ret, qui s’avère par­ti­cu­liè­re­ment por­té sur la bou­teille, si l’on peut dire…

Bref, dans quelques ins­tants, et après 500 mètres d’échauf­fe­ment pal­mé dans la lu­mière du soir per­çant les baies, tous se­ront sous la sur­face. Les­tés de peut­être vingt ki­los d’équi­pe­ment. Entre quatre murs étri­qués et dans le chlore, mais des rêves de co­raux et de pois­sons fa­bu­leux plein la tête.

Inu­tile de se men­tir, « c’est un peu chiant la plon­gée en pis­cine », re­con­naît Marc, qui dé­ cou­vrait ce loi­sir (« car ce n’est pas un sport », mar­tèle Ian) en 1975 à Ca­da­quès, en Es­pagne. Le re­trai­té pra­tique alors deux ans, passe son ni­veau 1

(lire par ailleurs) en Corse, et ar­rête tout. « J’ai re­pris en Mar­ti­nique, en 1996, et ne me suis plus ar­rê­té de­puis. » Au point de cu­mu­ler au­jourd’hui quelque 850 plon­gées, « à la Réunion, en mer Rouge, au Mexique avec les re­quins bou­le­dogues ». Ou plus ré­cem­ment en­core à Ba­li, « où ja­mais je n’avais vu au­tant de raies man­tas », rem­bo­bine le plon­geur qui dit faire un voyage par an avec son club. « Croyez­moi, sous l’eau, on fait le plein d’images et de sou­ve­nirs pour le reste de l’an­née… »

Sans doute la rai­son qui pousse au­jourd’hui tant d’ha­bi­tants du Loi­ret au fond des pis­cines. À adhé­rer à l’un de ses vingt­deux clubs sub­aqua­tiques. Dont cer­tains sont re­la­ti­ve­ment cos­tauds, ob­serve le pré­sident du Co­mi­té dé­par­te­men­tal de plon­gée (Co­dep). « Pour un ter­ri­toire non li­mi­trophe de la mer, avec quand même 1.500 li­cen­ciés, on n’est pas mal po­si­tion­nés du tout au ni­veau fran­çais, es­time Jean­Luc Bar­ré. Je di­rais que nos quatre plus gros clubs comptent en moyenne en­vi­ron 150 adhé­rents. » Chaque an­née, en terme de su­pré­ma­tie, le club sub­aqua­tique d’Or­léans (CSO) se­rait ain­si au coude à coude avec ceux de Sa­ran, Fleu­ry et de Châ­teau­neuf. « Faut quand même un peu de fric pour par­tir... »

La plon­gée n’est ce­pen­dant pas une com­pé­ti­tion, « plu­tôt un pré­texte pour se re­trou­ver entre co­pains, et un moyen de voya­ger, en Égypte, aux Mal­dives ou à Cu­ba… », liste Jean­Luc Bar­ré. Ce qui ex­pli­que­ra sans doute que, ce soir­là, dans le bas­sin de La Cha­pelle pla­fon­nant à 3,50 mètres, l’hom­me­gre­nouille a un cer­tain âge. Sou­vent plus de 40 ans, même si ce n’est pas là une ab­so­lue vé­ri­té. « Faut quand même un peu de fric pour par­tir plon­ger dans les pays chauds. » Ce qui n’est pas tou­jours chose ac­quise avant 35­40 ans, re­con­naissent les sym­pa­thiques pal­mi­pèdes, une fois hors de l’eau.

S’en re­ve­nant donc d’une bonne heure de ré­pé­ti­tion des gestes de plon­gée (échanges d’em­bouts, re­mon­tées as­sis­tées…), en mi­lieu pas très hos­tile. On fait certes plus exal­tant, mais le pas­sage reste obli­ga­toire, avant l’ab­so­lu ver­tige des fonds ma­rins, qui ex­cu­se­ront les longues heures de chlore.

« Pour un ter­ri­toire non li­mi­trophe de la mer, on n’est pas mal po­si­tion­nés »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.