Une vic­time or­léa­naise face aux évêques

La République du Centre (Dimanche) - - La Une - A.C avec M.G. et AFP.

Pour la pre­mière fois de son his­toire, la Confé­rence des évêques de France, ras­sem­blée à Lourdes, ac­cueillait, hier, des vic­times de pé­do­phi­lie dans l’Église. Avec l’ob­jec­tif af­fir­mé d’abor­der en­fin fron­ta­le­ment cette ques­tion (lire éga­le­ment en In­for­ma­tions gé­né­rales).

Si l’un de ces té­moins – Oli­vier Sa­vi­gnac – est ve­nu cette se­maine dé­po­ser à la barre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Or­léans dans le pro­cès du père Pierre de Cas­te­let, qui a re­con­nu des at­tou­che­ments sexuels, et, pour non dé­non­cia­tion (*), de Mgr An­dré Fort (notre édi­tion de mer­cre­di), une autre de ces vic­times fran­çaises est une Or­léa­naise d’adop­tion.

Vé­ro­nique Gar­nier­Beau­vier, 57 ans, a pu­blié, l’an pas­sé, un livre pré­fa­cé par l’évêque d’Or­léans, Mgr Jacques Bla­quart, dans le­quel elle ra­conte sa dou­lou­reuse ex­pé­rience. « Faire la vé­ri­té avec l’Église » Pen­dant en­vi­ron deux ans, alors qu’elle n’était qu’une ado­les­cente de 13 ans, elle a été abu­ sée sexuel­le­ment par un cu­ré, ami de la fa­mille, à Nan­cy, où elle vi­vait à l’époque.

Au mo­ment de la sor­tie de son ou­vrage – « Au troi­sième jour. De l’abîme à la lu­mière » (Éd. Ar­tège) – elle avait confié à La Ré­pu­blique du Centre, les rai­sons qui l’avait pous­sée à té­moi­gner.

« J’ai en­foui ça, in­cons­ciem­ment. On es­saie de sur­vivre, on n’en parle pas. Je me suis je­tée à fond dans la vie de fa­mille nom­breuse, ex­pli­quait cette mère de huit en­fants en oc­tobre 2017. C’était beau­coup de bon­heur. Mais ça m’a rat­tra­pée. Ça nous rat­trape tous ».

Pour elle, c’était en 2010. Au mo­ment où de nom­breux scan­dales de pé­do­phi­lie dans l’Église com­men­çaient à être ré­vé­lés.

« Dans les mé­dias, tous les deux jours, on par­lait de nou­veaux cas. Ça de­ve­nait in­sup­por­table, je de­ve­nais folle. Ma co­lère mon­tait. Je me suis dit qu’il fal­lait faire la vé­ri­té avec l’Église et dire ce qui était ar­ri­vé ».

À l’image d’Oli­vier Sa­vi­gnac, Vé­ro­nique Gar­nierBeau­vier n’a pas rom­pu avec la foi ca­tho­lique même si elle parle d’une re­la­tion à Dieu « abî­mée ». Elle est au­jourd’hui dé­lé­guée épis­co­pale du dio­cèse d’Or­léans pour la pro­tec­tion des mi­neurs et des per­sonnes fra­giles.

Lors de la Confé­rence des évêques, des groupes de tra­vail ont été consti­tués en pré­sence d’évêques et de vic­times. « L’église re­con­naît qu’elle est cou­pable », a as­su­ré Mgr Cré­py, char­gé de la lutte contre la pé­do­phi­lie. « Ce­la va nous ai­der à al­ler de l’avant », a sou­li­gné Vé­ro­nique Gar­nier, lors d’une confé­rence de presse com­mune. « Main­te­nant, on at­tend des actes, à court, moyen et long terme (...) Nous conti­nue­rons à bous­cu­ler l’Église s’il le faut », a mis en garde Oli­vier Sa­vi­gnac.

PHO­TO ÉRIC MALOT

ÉVÊQUE. Vé­ro­nique Gar­nier-Beau­vier est au­jourd’hui dé­lé­guée épis­co­pale du dio­cèse d’Or­léans pour la pro­tec­tion des mi­neurs. Mgr Bla­quart a pré­fa­cé son livre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.