« Nous sommes épui­sés et frus­trés »

La République du Centre (Loiret) - - Mouvement Social Dans Les Ehpad -

Aux 220 ma­ni­fes­tants comp­tés à Or­léans, il convient bien sûr d’ajou­ter les dé­brayages dans plu­sieurs éta­blis­se­ments loi­ré­tains, hier en dé­but d’après-mi­di.

Les per­son­nels (ai­des­soi­gnants, aides mé­di­co­psy­cho­lo­giques et in­fir­miers) étant au quo­ti­dien en ser­vice mi­ni­mum, donc as­si­gnés à leur poste de tra­vail, ils avaient choi­si ce moyen de pro­tes­ter, eux aus­si, contre le peu de moyens dont dis­posent leurs éta­blis­se­ments pour s’oc­cu­per des per­sonnes âgées.

Quand cha­cun rem­place l’autre

À Châ­teau­neuf­sur­Loire, Fay­aux­Loges, Meung­sur­Loire, Ko­rian­le­Ba­ron à Or­léans, Coul­lons, Neu­ville­aux­Bois ou en­core Lor­ris… la re­ven­di­ca­tion est tou­jours la même : ob­te­nir plus de moyens fi­nan­ciers, et sur­tout hu­mains.

« Nous sommes fa­ti­gués, épui­sés phy­si­que­ment et mo­ra­le­ment, et frus­trés, faute de pou­voir ap­por­ter des soins de qua­li­té aux an­ciens », ex­pli­quaient la cin­quan­taine de gré­vistes de la ré­si­dence d’Émi­lie, ré­cla­mant « res­pect et di­gni­té ». Ils ont dé­fi­lé jus­qu’à la mai­rie pour faire en­tendre le ras­le­bol gé­ né­ral.

À l’Eh­pad (éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dé­pen­dantes) de Châ­tillon­Co­li­gny, de plus en plus d’actes sont de­man­dés aux per­son­nels de san­té : l’ai­de­soi­gnant fait le tra­vail de l’in­fir­mier ; l’in­fir­mier ef­fec­tue des actes de mé­de­cin (car le manque de pra­ti­ciens se fait cruel­le­ment sen­tir).

« Nous sommes en­vi­ron 70 agents, et heu­reu­se­ment que l’éta­blis­se­ment est bien gé­ré par la di­rec­tion : nous sommes ef­fec­ti­ve­ment im­pac­tés mais pas au­tant que dans cer­tains Eh­pad », es­ti­mait un sa­la­rié ayant dé­brayé hier.

La politique de san­té pu­blique étant d’in­ci­ter les per­sonnes âgées à res­ter à do­mi­cile aus­si long­temps que pos­sible, les ré­si­dents sont de plus en plus âgés – de 87 ans, la moyenne d’âge est pas­sée à 89 ans – et de plus en plus dé­pen­dants. Ré­cla­mant, de la part du per­son­nel dé­jà dé­bor­dé, un ef­fort sup­plé­men­taire.

Des sa­la­riés de la mai­son de re­traite de Lor­ris ont or­ga­ni­sé une marche jus­qu’à la mai­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.