Un syn­di­ca­liste dis­cri­mi­né ?

EDF et un de ses em­ployés de­vant les Prud’hommes

La République du Centre (Loiret) - - Loiret Faits Divers - Justice - Jean-Bap­tiste Dos Ra­mos jean-bap­tiste.dos­ra­mos@cen­tre­france.com

Jé­rôme Sch­mitt, em­ployé à la cen­trale nu­cléaire, et EDF ont en­ta­mé un bras de fer. Après l’au­dience d’hier, à Montargis, la jus­tice doit tran­cher le 14 dé­cembre.

C’est sur l’ex­trait d’un cour­rier da­té du 8 fé­vrier 2017, adres­sé par EDF à Jé­rôme Sch­mitt, que le syn­di­ca­liste (Sud Éner­gie) et son avo­cat, Me Rous­sel, basent leur ac­cu­sa­tion : EDF au­rait fait preuve de « dis­cri­mi­na­tion » à l’en­contre de ce re­pré­sen­tant syn­di­cal, qui plus est can­di­dat aux der­nières élec­tions lé­gis­la­tives, sous la ban­nière de la France In­sou­mise.

Une tren­taine de mi­li­tants en sou­tien

Une tren­taine de mi­li­tants avaient fait le dé­pla­ce­ment de­vant le tri­bu­nal de Montargis, hier après­mi­di, pour sou­te­nir l’em­ployé de la cen­trale nu­cléaire de Dampierre­enBur­ly.

De 2013 à 2016, Jé­rôme Sch­mitt a été dé­ta­ché à 100 % au­près de son syn­di­cat au ni­veau na­tio­nal. Après cet en­ga­ge­ment pro­vi­soire, il a sou­hai­té ré­in­té­grer son poste de tech­ni­cien d’ex­ploi­ta­tion, au fonc­tion­ne­ment du ré­ac­teur nu­cléaire. « J’ai quit­té mes fonc­tions syn­di­cales, mais pas mes convic­tions. Ça a po­sé pro­blème, puisque entre­temps, mon syn­di­cat a pris po­si­ tion contre Jean­Ber­nard Le­vy (le PDG d’EDF) dans l’affaire de l’EPR bri­tan­nique Hink­ley Point. C’est de­puis que ma ré­in­té­gra­tion a été ou­bliée », es­time l’an­cien can­di­dat FI, pour qui c’est bien son syn­di­cat qui est vi­sé à tra­vers lui : « Tous nos re­pré­sen­tants sur les sites nu­cléaires su­bissent des pro­blèmes comme ça, par­fois bien plus graves que les miens. »

Re­tour à un poste moins in­té­res­sant pro­fes­sion­nel­le­ment, main­tien de son dé­ta­che­ment pour ses fonc­tions syn­di­cales ou prise d’un poste de plus haut ni­veau, né­ces­si­tant une for­ma­tion, avec comme préa­lable l’aban­don de son en­ga­ge­ment ? Pour l’heure, la si­tua­tion de l’em­ployé de Dampierre n’est tou­jours pas tran­chée.

Jé­rôme Sch­mitt pour­rait­il in­té­grer le poste pro­po­sé par EDF, suivre la for­ma­tion in­dis­pen­sable, sans re­nier son en­gage­ ment syn­di­cal ? « La porte a tou­jours été ou­verte de notre cô­té », a es­ti­mé M Rous­sel, à la sor­tie

e de l’au­dience. Du cô­té d’EDF, Me Zan­nou s’est in­sur­gé dans sa plai­doi­rie contre l’at­ti­tude d’« un sa­la­rié qui de­mande un trai­te­ment de fa­veur en vio­la­tion des textes », ajou­tant que « Rien ne lui a ja­mais été im­po­sé. »

Le con­seil prud’ho­mal, qui doit rendre sa dé­ci­sion le 14 dé­cembre, a sem­blé vou­loir in­ci­ter les deux par­ties à pro­fi­ter des pro­chaines se­maines pour par­ve­nir, en­fin, à une conci­lia­tion.

Une der­nière chance pour la conci­lia­tion

AU­DIENCE. Jé­rôme Sch­mitt à sa sor­tie du tri­bu­nal de Montargis, hier après-mi­di. PHO­TO J.-B. D.-R.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.