« Il faut te­nir le ter­rain »

La République du Centre (Orleans) - - Dossier Sécurité - Pro­pos re­cueillis par N.D.C.

Place d’Arc, quar­tier des Carmes, La Source… Oli­vier Gef­froy, maire-ad­joint à la sé­cu­ri­té, re­vient sur les mis­sions po­li­cières me­nées de­puis le dé­but de l’an­née dans les quar­tiers or­léa­nais…

Pour­quoi cette in­ten­si­fi­ca­tion des contrôles ?

■ ■

De­puis le dé­but de l’an­née, nous en avons ef­fec­tué près de 80. No­tam­ment rue des Carmes, dans les rues ad­ja­centes et dans le sec­teur de Place d’Arc qui connaît, ces der­nières se­maines, un cer­tain nombre de sou­cis (ras­sem­ble­ment mas­sif au centre­bus). Par­fois, en de­hors des pa­trouilles quo­ti­diennes, des opé­ra­tions spé­ci­fiques sont mon­tées avec la bri­gade mo­to, l’URAIC (Uni­té ra­pide d’as­sis­tance et d’in­ter­ven­tion cy­no­phile) pour mus­cler le dis­po­si­tif. On a be­soin de vi­si­bi­li­té et d’efficacité. La po­lice mu­ni­ci­pale tra­vaille, no­tam­ment, avec les huit po­li­ciers na­tio­naux de la po­lice de sé­ cu­ri­té du quo­ti­dien pré­sents sur cer­tains quar­tiers comme les Carmes et l’Ar­gonne.

Comment la si­tua­tion évo­lue-t-elle ?

Sur Place d’Arc, on est sur le bon che­min. Aux Carmes, la pré­sence OLI­VIER GEF­FROY doit être per­ma­nente. On ne lâ­che­ra rien tant que l’on n’au­ra pas gain de cause. La Source est éga­le­ment une prio­ri­té. Tout comme les Blos­sières. Au­cun quar­tier n’échappe à ces opé­ra­tions coup­de­poing. Elles durent entre 1 heure et 3 heures. On les adapte en fonc­tion des in­for­ma­tions re­mon­tées par des ri­ve­rains ou des com­mer­çants. Le nou­veau pro­cu­reur (Ni­co­las Bes­sone) fait bou­ger les lignes.

De quelles ma­nières ?

■ Ila pris la me­sure du pro­blème des stu­pé­fiants sur notre ter­ri­toire. Cette dé­lin­quance est nu­mé­ro 1 chez nous, elle est la mère des autres dé­lin­quances. Plu­sieurs in­ter­pel­la­tions ont dé­jà eu lieu. Dans tous les quar­tiers, il faut te­nir le ter­rain. Avec un pro­cu­reur qui est dans cette dy­na­mique, nous de­vrions ob­te­nir des ré­sul­tats ra­pi­de­ment. ■

« Le tra­fic de stu­pé­fiants est la mère des autres dé­lin­quances ».

Mai­read­joint à la sé­cu­ri­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.