Des idées à bu­ti­ner

La Recherche - - L’édito Par Sophie Coisne -

La re­cherche sur les abeilles est un do­maine ex­trê­me­ment vi­vace. En té­moigne notre dos­sier qui évoque les nom­breuses dé­cou­vertes réa­li­sées ces der­niers mois sur ces in­sectes. Pour­quoi une telle fer­ti­li­té scien­ti­fique ? Parce que les abeilles sont un ac­teur éco­no­mique ma­jeur : 75 % de la pro­duc­tion mon­diale de cultures ali­men­taires dé­pendent au moins en par­tie du tra­vail de ces in­sectes pol­li­ni­sa­teurs. Or leurs co­lo­nies dé­clinent de fa­çon consi­dé­rable. On le sait de­puis les an­nées 1990 et la ten­dance est tou­jours la même au­jourd’hui. En France, l’en­quête Epi­lo­bee co­or­don­née par l’Agence na­tio­nale de sé­cu­ri­té sa­ni­taire a mon­tré en 2015 une mor­ta­li­té de 23,4 %. Dans l’Union eu­ro­péenne, ce taux os­cille entre 3,1 et 35,9 %.

LES ME­NACES SONT DE MIEUX EN MIEUX CERNÉES. Les cher­cheurs savent par exemple que, pour in­ver­ser la courbe, il ne suf­fit pas d’in­ter­dire telle ou telle fa­mille de pes­ti­cides. Cer­tains de ces pro­duits per­sistent en ef­fet dans l’en­vi­ron­ne­ment après leur in­ter­dic­tion et conti­nuent d’in­ter­agir avec les phy­to­sa­ni­taires ac­tuels. Et d’autres fléaux dé­ciment les abeilles, en par­ti­cu­lier des pa­ra­sites et des pré­da­teurs dont la dif­fu­sion est fa­vo­ri­sée par les échanges in­ter­na­tio­naux.

LE COM­BAT EST-IL PER­DU? Im­pos­sible à dire pour le mo­ment. D’au­tant que l’on dé­couvre chez les abeilles des res­sources in­at­ten­dues. Une cer­taine forme de ré­si­lience en somme. Cette ex­pres­sion po­pu­la­ri­sée par le psy­chiatre Bo­ris Cy­rul­nik dé­signe la ca­pa­ci­té d’un sys­tème à re­trou­ver ses pro­prié­tés après une al­té­ra­tion. Face au var­roa, un des pa­ra­sites les plus pré­oc­cu­pants pour les api­cul­teurs, cer­taines es­pèces d’abeilles ont ain­si adop­té des stra­té­gies de dé­fense qui leur per­mettent de s’en pro­té­ger quand d’autres co­lo­nies dis­pa­raissent. Le tra­vail des cher­cheurs consiste dé­sor­mais à les re­pé­rer de fa­çon à trans­mettre ces com­pé­tences aux autres es­pèces de pol­li­ni­sa­teurs.

DANS UN MÊME ORDRE d’idées, les tra­vaux de Mi­ckaël Hen­ry et de son équipe pu­bliés en 2015 ont mon­tré que, face à un pes­ti­cide néo­ni­co­ti­noïde pré­cis, les abeilles certes mour­raient en masse, mais que cette hé­ca­tombe n’était vi­sible ni sur la dé­mo­gra­phie de la ruche ni sur la pro­duc­tion de miel. Hy­po­thèse : la co­lo­nie com­pense les pertes en pro­dui­sant des bu­ti­neuses plus jeunes et da­van­tage d’ou­vrières. Y a-t-il ici ré­si­lience ? Et si oui, pour com­bien de temps ? Le tra­vail d’ana­lyse reste à faire. En at­ten­dant, pro­té­geons ac­ti­ve­ment ces vieilles amies de l’hu­ma­ni­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.