Ulugh Beg, prince des étoiles Jean-Pierre Lu­mi­net

Jean-Pierre Lu­mi­net, la­bo­ra­toire Uni­vers et théo­ries de l’Ob­ser­va­toire de Pa­ris-Meu­don

La Recherche - - CONTENTS -

EQui est Ulugh Beg ? Un prince, puis­qu’il gou­verne une pro­vince d’Asie cen­trale dans l’em­pire bâ­ti par son grand-père Ta­mer­lan. Mais sur­tout un sa­vant, fon­da­teur de l’ob­ser­va­toire as­tro­no­mique de Sa­mar­cande, dont les tra­vaux pré­fi­gurent ceux qui pré­vau­dront en Eu­rope un siècle et de­mi plus tard. Re­tour sur un ou­blié de l’as­tro­no­mie.

n 1429, Sa­mar­cande, es­cale ma­jeure de la route de la soie, connaît une ani­ma ti o n en c o re plus vive qu’à l’or­di­naire. Le plus grand ob­ser­va­toire ja­mais conçu vient d’être inau­gu­ré. Les am­bas­sa­deurs du monde en­tier se pressent pour contem­pler un sex­tant de 40 mètres de rayon plon­geant dans une fosse ver­ti­gi­neuse, un gi­gan­tesque ca­dran so­laire dont les pa­rois ex­ternes sont cou­vertes d’une fresque re­pré­sen­tant le zo­diaque, et une ter­rasse qui abrite les ins­tru­ments de me­sure du temps et de l’es­pace les plus per­fec­tion­nés de l’époque : clep­sydres, as­tro­labes, etc. Le pro­mo­teur de ce pro­dige ar­chi­tec­tu­ral se nomme Ulugh Beg. Di­rec­teur de l’ob­ser­va­toire, il est aus­si le prince et gou­ver­neur de Sa­mar­cande. Amou­reux des sciences et du ciel, piètre po­li­tique et mi­li­taire – ce qui en­traî­ne­ra sa mort –, Ulugh Beg, en­tou­ré des meilleurs as­tro­nomes de son temps, va ob­ser­ver et cal­cu­ler la po­si­tion d’un mil­lier d’étoiles et ré­di­ger un ou­vrage ma­jeur : Les Tables sul­ta­niennes. Pour­tant, ce per­son­nage consi­dé­rable de l’as­tro­no­mie ara­bo­mu­sul­mane est presque ou­blié en Oc­ci­dent. Ren­dons justice à ce prince tur­co-mon­gol du XVe siècle qui ré­gna sur la Tran­soxiane – vaste pro­vince d’Asie cen­trale en­tou­rant sa ca­pi­tale Sa­mar­cande – mais qui, dé­lais­sant les af­faires po­li­tiques au pro­fit des sciences de l’Uni­vers, por­ta haut le flam­beau de l’as­tro­no­mie ara­bo-mu­sul­mane avant que celle-ci ne s’éteigne inexo­ra­ble­ment sous les coups de l’obs­cu­ran­tisme re­li­gieux. Mo­ham­med Ta­ra­gaï, dit Ulugh Beg (« le grand prince »), est l’un des nom­breux pe­tits-fils de Ti­mur Leng (1336-1405), plus connu en Oc­ci­dent sous le nom de Ta­mer­lan. Conqué­rant im­pi­toyable, ce der­nier se­ma la ter­reur du­rant ses qua­rante an­nées de règne, bâ­tis­sant par le feu et le sang un im­mense em­pire s’éten­dant sur l’Ouz­bé­kis­tan, l’Af­gha­nis­tan, l’Irak, l’Iran, l’Ar­mé­nie et la Géor­gie ac­tuels. Pour­tant, en marge des mas­sacres, Ta­mer­lan don­nait l’ordre d’épar­gner sa­vants, let­trés, ar­ti­sans et ou­vriers qua­li­fiés, afin qu’ils soient dé­por­tés vers Sa­mar­cande et y exercent leur art. En 1404, alors qu’il s’ap­prête à en­va­hir la Chine, Ti­mur

Pe­tit-fils d’un conqué­rant

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.