Jean Hor­nain

Di­rec­teur gé­né­ral d’Éco-Em­bal­lages

La Revue des Collectivités Locales - - Dossier -

s’ajoutent d’im­por­tantes dis­pa­ri­tés géo­gra­phiques, toutes les com­munes ne sont pas pour­vues de la to­ta­li­té des bacs de tri. À fin 2016, 15 mil­lions de Fran­çais au­ront la pos­si­bi­li­té de trier tous leurs em­bal­lages mé­na­gers. Notre am­bi­tion est d’étendre les consignes à l’en­semble du ter­ri­toire grâce à la trans­for­ma­tion des centres de tri. Par ailleurs, à l’heure ac­tuelle, un Fran­çais sur deux trie ré­gu­liè­re­ment ses em­bal­lages. Notre ob­jec­tif est d’at­teindre deux Fran­çais sur trois d’ici six ans.

Notre am­bi­tion est d’étendre les consignes à l’en­semble du ter­ri­toire grâce à la trans­for­ma­tion des centres de tri.

Con­crè­te­ment, quelles ac­tions met­tez-vous en place pour faire pro­gres­ser le taux de recyclage ? À quel coût ?

Notre am­bi­tion est de faire pro­gres­ser le taux de recyclage en France, tout en nous as­su­rant de l’ef­fi­ca­ci­té de chaque eu­ro in­ves­ti. Dans un contexte éco­no­mique dif­fi­cile, tant pour les en­tre­prises que pour les col­lec­ti­vi­tés lo­cales, la per­for­mance éco­no­mique est au coeur de la stra­té­gie d’Éco-Em­bal­lages. Il existe ac­tuel­le­ment un peu moins de 230 centres de tri en France. Nous ac­com­pa­gnons fi­nan­cière- ment et tech­ni­que­ment les col­lec­ti­vi­tés lo­cales afin de mo­der­ni­ser leurs centres en in­ves­tis­sant no­tam­ment dans les équi­pe­ments dont le tri op­tique. Nous ac­com­pa­gnons par ailleurs les col­lec­ti­vi­tés sur la com­mu­ni­ca­tion au­près des ci­toyens. Ce vo­let pé­da­go­gique fait plei­ne­ment par­tie de nos mis­sions. Nous me­nons éga­le­ment avec les am­bas­sa­deurs du tri des ac­tions au sein des écoles afin de sen­si­bi­li­ser les plus jeunes.

Quels liens en­tre­te­nez-vous avec les col­lec­ti­vi­tés lo­cales ? Cer­taines sont-elles plus avan­cées que d’autres en ma­tière de ges­tion des dé­chets ?

Notre am­bi­tion est d’être au ser­vice de l’en­semble des ter­ri­toires quel que soit leur spé­ci­fi­ci­té. Pour ai­der au mieux les dé­ci­deurs pu­blics, il est es­sen­tiel de par­tir de la réa­li­té exis­tante. En ce sens, il n’est pas pos­sible de mettre en place une dé­ci­sion stan­dard, re­pli­cable sur l’en­semble de l’Hexa­gone, car il existe de réelles dis­pa­ri­tés entre les ter­ri­toires. Au sein des grandes ag­glo­mé­ra­tions, le recyclage est moins per­for­mant qu’au sein des ter­ri­toires ru­raux par exemple. Des ter­ri­toires tels que la Bre­tagne, les Pays-de-la-Loire ou en­core le Poi­tou-Cha­rentes af­fichent de très bons ré­sul­tats en ma­tière de tri. En Île-de-France, en re­vanche, ce­la est plus dé­li­cat à mettre en place. Il faut bien avoir à l’es­prit que les struc­tures de coûts sont plus im­por­tantes en zone ur­baine. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.