MONTB­LANC HO­NORE PAR SES MONTRES LES PION­NIERS DE LA CHRO­NO­MÉ­TRIE

La Revue des Montres - - RDM WORLD / ÉVÉNEMENT -

SOURCE D’INS­PI­RA­TION POUR

LA COL­LEC­TION HÉ­RI­TAGE CHRO­NO­MÉ­TRIE, VASCO DA GAMA MÉ­RI­TAIT BIEN QU’ON LUI DÉ­DIE L’EXOTOURBILLON MI­NUTE

CH­RO­NO­GRAPH…

Quand une mai­son comme Montb­lanc née en 1906 crée des montres de­puis 1997 dans une ma­nu­fac­ture comp­tant 157 ans d’exis­tence, le mot « hé­ri­tage » prend tout son sens. Chez Mi­ner­va, ins­tal­lée à Villeret, en Suisse, tra­di­tion et in­no­va­tion ont tou­jours ré­gné en maîtres dans ses ate­liers. Le ta­lent de ses hor­lo­gers s’est ain­si ex­pri­mé au fil des an­nées dans des do­maines aus­si exi­geants que la chro­no­mé­trie ou la fa­bri­ca­tion de chro­no­graphes et de comp­teurs de sport. Par­mi les créa­tions de ce haut lieu de l’hor­lo­ge­rie hel­vé­tique fi­gurent des pièces em­blé­ma­tiques, comme le ca­libre 13/20. Conçu au dé­but des an­nées 1920, ce­lui-ci fut l’un des pre­miers mou­ve­ments chro­no­graphe dé­ve­lop­pés spé­cia­le­ment pour les montres-bra­ce­lets. La longue his­toire de Villeret compte éga­le­ment la mise au point, en 1936, d’un comp­teur pré­cis au cen­tième de se­conde. Il est vrai que cette mai­son, de­ve­nue ex­perte en ma­tière de me­sure pré­cise du temps, pous­sait le ni­veau d’exi­gence jus­qu’à réa­li­ser elle-même ses spi­raux et ses ba­lan­ciers. Une autre pièce ma­jeure dans la sa­ga de la ma­nu­fac­ture a joué un rôle par­ti­cu­lier : ap­pa­ru au cours des an­nées 1950, le mo­dèle bap­ti­sé « Py­tha­gore » (ma­thé­ma­ti­cien grec de l’an­ti­qui­té) pou­vait abri­ter dans son boî­tier deux mé­ca­nismes dif­fé­rents sui­vant les ver­sions. On trou­vait ain­si, au choix, un mou­ve­ment à re­mon­tage ma­nuel ca­libre 48 qui af­fi­chait les se­condes sur un pe­tit comp­teur, ou un ca­libre 49 do­té d’une ai­guille de se­condes cen­trale. Au-de­là de ses ca­rac­té­ris­tiques tech­niques, la Py­tha­gore avait éta­bli ses propres codes es­thé­tiques que Montb­lanc a au­jourd’hui choi­si de per­pé­tuer au sein de sa col­lec­tion He­ri­tage Chro­no­mé­trie.

De Py­tha­gore à l’exotourbillon

C’est une fois en­core un hom­mage au pas­sé que Montb­lanc a dé­ci­dé de rendre en rap­pe­lant l’au­dace d’un ex­plo­ra­teur vi­sion­naire, Vasco da Gama (1469-1524). En 1498, le na­vi­ga­teur por­tu­gais fut le pre­mier à trou­ver la route des Indes en contour­nant le conti­nent afri­cain par l’at­lan­tique Sud. On sait que c’est en par­ti­cu­lier grâce à son ob­ses­sion de la pré­ci­sion que Vasco da Gama par­vint à at­teindre ses ob­jec­tifs. Au mo­ment de conce­voir sa col­lec­tion He­ri­tage Chro­no­mé­trie, la mai­son Montb­lanc pou­vai­telle rê­ver meilleure source d’ins­pi­ra­tion ? Et fort lo­gi­que­ment, dif­fé­rents mo­dèles pres­ti­gieux lui ont été dé­diés, en par­ti­cu­lier l’ex­cep­tion­nel He­ri­tage Chro­no­mé­trie Exotourbillon Mi­nute Ch­ro­no­graph. Pour­quoi ex­cep­tion­nel ? Parce qu’il par­vient à réunir dans un même boî­tier deux des plus im­por­tantes com­pli­ca­tions chro­no­mé­triques. C’est à la fonc­tion chro­no­graphe que re­vient la mis­sion de me­su­rer les temps courts, tan­dis que le my­thique tour­billon, ici dans une in­ter­pré­ta­tion bre­ve­tée, est char­gé d’as­su­rer une pré­ci­sion maxi­male. Se­lon le prin­cipe du tour­billon, l’échap­pe­ment est lo­gé dans une cage tour­nant conti­nuel­le­ment sur elle-même afin de contrer les forces gra­vi­ta­tion­nelles per­tur­bant la bonne marche de tout mé­ca­nisme. Mais au­jourd’hui, Montb­lanc va en­core plus loin. « Dans une construc­tion tra­di­tion­nelle de tour­billon, le choix d’un grand ba­lan­cier im­pose une cage aux di­men­sions et au poids tout aus­si im­por­tants », ex­plique-t-on à la ma­nu­fac­ture, où les hor­lo­gers ont trou­vé une ré­ponse in­no­vante à ce pro­blème. Le mé­ca­nisme de l’exotourbillon ré­sout, en ef­fet, la ques­tion en iso­lant le ba­lan­cier à vis de la cage. « La cage est ain­si plus pe­tite que le ba­lan­cier qui os­cille à l’ex­té­rieur sur un plan plus éle­vé », pré­cisent ses concep­teurs qui rap­pellent que le pré­fixe grec exo si­gni­fie « ex­terne » ou « ex­té­rieur ». Les avan­tages de cette construc­tion sont mul­tiples. Elle per­met tout d’abord d’uti­li­ser une cage de taille et de poids ré­duits, qui né­ces­site moins d’éner­gie pour as­su­rer son mou­ve­ment ro­ta­tif. Par ailleurs, la cage se trouve li­bé­rée du poids du ba­lan­cier à vis. Par rap­port à un tour­billon de construc­tion tra­di­tion­nelle, l’éco­no­mie d’éner­gie est d’en­vi­ron 30 %. Des pa­ra­mètres sy­no­nymes de pré­ci­sion ac­crue... Vasco de Gama au­rait as­su­ré­ment ap­pré­cié cette montre !

TEST 500 HEURES : AVANT DE QUIT­TER LA MA­NU­FAC­TURE MONTB­LANC DU LOCLE, CHA­CUNE DES MONTRES DE LA COL­LEC­TION HE­RI­TAGE CHRO­NO­MÉ­TRIE EST SOU­MISE AUX TESTS RI­GOU­REUX DU « MONTB­LANC LA­BO­RA­TO­RY TEST 500 ». SI­MU­LANT DIF­FÉ­RENTES CONDI­TIONS D’UTI­LI­SA­TION RÉELLE,...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.