GREUBEL FORSEY GRANDE SONNERIE: JUSTE UNE MÉLODIE____________________

SOMME D’UNE SUC­CES­SION DE CHIFFRES EX­CEP­TION­NELS, LA MONTRE À TOUR­BILLON 24 SE­CONDES GREUBEL FORSEY GRANDE SONNERIE SIGNE L’ABOU­TIS­SE­MENT DE ONZE ANS DE PAS­SION.

La Revue des Montres - - PEOPLE & STORY TECHNICS - PAR VINCENT DAVEAU

Il a fal­lu onze ans de re­cherches et de dé­ve­lop­pe­ments pour en­tendre le timbre mé­lo­dieux de cette montre ex­cep­tion­nelle. D’une grande pré­ci­sion grâce à son tour­billon 24 se­condes, elle sonne l’heure au pas­sage et la donne à la mi­nute près et… à la de­mande.

Des chiffres et des notes

Cette somme de com­pli­ca­tions est concen­trée dans un mou­ve­ment qui a né­ces­si­té la fa­bri­ca­tion, les fi­ni­tions et le mon­tage mé­ti­cu­leux des 855 com­po­sants pour don­ner la pleine me­sure de ses po­ten­tia­li­tés. Dif­fi­cile d’ima­gi­ner un puzzle com­pre­nant au­tant de pièces en­fer­mées dans un boî­tier en ti­tane de 43,5 mm de dia­mètre pour 16,13 mm d’épais­seur. L’en­semble mé­ca­nique est par­tiel­le­ment vi­sible par le fond, tan­dis que cer­tains dé­tails sont ob­ser­vables à tra­vers les ou­ver­tures dans le ca­dran noir jais. On ob­serve, à 7 h, le tour­billon 24 se­condes vi­brant à 21 600 al­ter­nances par heure, les mar­teaux à 11 h et l’in­di­ca­tion de ré­serve de marche de sonnerie à 2 h. Très contem­po­raine, cette montre aux codes es­thé­tiques forts in­nove d’un point de vue mé­ca­nique. En ef­fet, si le ca­libre est à re­mon­tage ma­nuel, le dis­po­si­tif de grande sonnerie est as­so­cié à un mo­dule d’au­to­ma­tisme (vi­sible par le fond) qui vient ga­ran­tir une au­to­no­mie de plus de 20 heures en mode grande sonnerie lors­qu’elle est por­tée de fa­çon dy­na­mique. Puis­sant, le son est pro­duit par deux timbres « ca­thé­drale ». Ce terme hor­lo­ger dé­signe des fils d’acier qui, ac­cor­dés le plus fi­ne­ment pos­sible, ef­fec­tuent deux tours à la pé­ri­phé­rie du mou­ve­ment, afin d’en­ri­chir leur har­mo­nique et d’aug­men­ter leur puis­sance so­nore une fois heur­tés par les mar­teaux. Son­nant au pas­sage les heures et les quarts, l’ins­tru­ment dis­pose d’un mé­ca­nisme pour pas­ser en mode pe­tite sonnerie ou si­lence ; la complication de ré­pé­ti­tion mi­nutes per­met, quant à elle, d’avoir l’heure à vo­lon­té, à la mi­nute près et en mu­sique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.