Bour­gogne

De beaux vins grâce à de faibles ren­de­ments

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Textes et dé­gus­ta­tions de Ro­ber­to Pe­tro­nio et Oli­vier Pous­sier, Caroline Furs­toss et Guillaume Ba­roin R. P. et O. P.

Comme un peu par­tout en France, le mil­lé­sime 2013 a été dif­cile à gé­rer en Bour­gogne. Il y a eu beau­coup d’eau dans le vi­gnoble, 30 % de pluie en plus par rap­port aux an­nées pré­cé­dentes. La ma­tu­ri­té a donc tar­dé à ve­nir. Les ven­danges se sont dé­rou­lées tar­di­ve­ment, cou­rant oc­tobre, ce qui n’était pas ar­ri­vé de­puis long­temps. Comme le sou­ligne Jean-Pierre Con­fu­ron, oe­no­logue et vi­gne­ron à Vosne-Ro­ma­née : « L’été a été pous­sif, il a fal­lu trai­ter dès la for­ma­tion du fruit. Ce fut un lent et dou­lou­reux ac­cou­che­ment » . Mais la na­ture fna­le­ment a fait le tri à la vigne, don­nant des pe­tits ren­de­ments et la qua­li­té est au ren­dez-vous.

En Côte de Nuits, les rouges n’ont pas l’épais­seur de chair des 2012, mais ils ofrent de beaux équi­libres aci­di­té/ma­tu­ri­té/struc­ture. À Nuits-Saint-Georges, Vosne-Ro­ma­née et Cham­bolle-Mu­si­gny, les ren­de­ments sont mi­nus­cules, mais les vins sont de qua­li­té. 2013 est un mil­lé­sime qui donne des lec­tures très pré­cises des di­fé­rents ter­roirs. Les vins, gra­cieux et fns, ne sont pas des plus im­po­sants, mais ils pourraient se ré­vé­ler bien plus éto­fés qu’ils n’y pa­raissent car les vi­gne­rons ont su at­tendre la ma­tu­ri­té op­ti­male pour ven­dan­ger.

En Côte de Beaune, la grêle a fait des dé­gâts im­por­tants et ro­gné la pro­duc­tion. Avec un bon ni­veau de ma­tu­ri­té, les blancs sont de belle qua­li­té. Oli­vier Pous­sier es­time qu’ils se­ront su­pé­rieurs aux 2012, avec une men­tion spé­ciale pour les pre­miers crus. À noter, de belles réus­sites sur la mon­tagne de Cor­ton. Cô­té rouges, il a fal­lu être sé­lec­tif et bien trier les rai­sins à la vigne comme en cave pour évi­ter les arômes vé­gé­taux.

En Côte cha­lon­naise, Rul­ly et Montagny s’en sortent avec les hon­neurs. À Cha­blis, il a fal­lu être ré­ac­tif et ven­dan­ger ra­pi­de­ment pour évi­ter la pour­ri­ture avec des char­don­nays qui mû­ris­saient à vive al­lure. Dans le Beau­jo­lais, les chi­roubles et ré­gniés se montrent, avec les saint-amour, les plus ré­gu­liers. Glo­ba­le­ment, nous consta­tons que le ni­veau monte du nord au sud de la Bour­gogne. Mal­heu­reu­se­ment, avec des vo­lumes à la baisse, le ni­veau des prix grimpe aus­si.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.