TOUS TO­QUÉS DE PE­TITE AR­VINE

La pe­tite ar­vine est une spé­cia­li­té du Va­lais. Ses blancs si­gnés Dor­saz ou Chap­paz s’ar­rachent à prix d’or.

La Revue du Vin de France - - TERROIRS D’AILLEURS - Une dé­gus­ta­tion de Caroline Furs­toss

Plus grand vi­gnoble suisse, avec un peu plus de 5 000 hec­tares plan­tés, le Va­lais est une ré­gion hé­té­ro­clite, of­frant une belle di­ver­si­té de cé­pages et des styles de vins très va­riés. Par­mi la tren­taine de cé­pages pré­sents dans cette zone, où les vins rouges re­pré­sentent plus de la moi­tié de la pro­duc­tion, l’ar­vine ou pe­tite ar­vine, va­rié­té au­toch­tone à peau blanche, est consi­dé­rée de­puis 1602 comme exclusivement va­lai­sanne. Une ra­re­té que le monde en­tier convoite, d’où des prix de vente as­sez éle­vés pour les vins de pe­tite ar­vine. Cet en­goue­ment pour les blancs de pe­tite ar­vine est as­sez ré­cent. La pro­duc­tion a quadruplé entre 1991 et 2008. De cycle tar­dif, ce cé­page va­lai­san se dé­cline en trois types de ma­tu­ri­té : sec, moel­leux ou flé­tri sur souche. Dans cette dé­gus­ta­tion, axée exclusivement sur les secs, nous re­trou­vons dans les vins la même fi­nale sa­line, ca­rac­té­ris­tique de ces blancs hel­vètes. Ici, les plus beaux vins de pe­tite ar­vine sont l’apa­nage de grands vi­gne­rons va­lai­sans tels que Be­noît Dor­saz, Gé­rard Dor­saz ou Ma­rie-Thé­rèse Chap­paz. Mais ils ne sont pas les seuls. Voi­ci une sé­lec­tion de trois do­maines qui valent aus­si le dé­tour.

La pe­tite ar­vine en chiffres

Sur­face de vignes : 200 hec­tares plan­tés en Suisse, uni­que­ment dans le Va­lais.

De­grŽ minimun : 13 %. Po­ten­tiel de garde : 10 ans mi­ni­mum.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.