DOSSIER SPÉCIAL FOIRES AUX VINS

La foire aux vins est cette an­née l’oc­ca­sion de com­po­ser une cave très diversifiée. Un peu moins de bor­deaux, et un peu plus de côtes-du-rhône, de crus de Pro­vence, du Lan­gue­doc-Rous­sillon ou en­core de Bour­gogne ! Entre les offres des dif­fé­rentes en­sei­gn

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Une en­quête de Raoul Sa­la­ma, Ha­kim Ben­daoud et Pier­rick Jé­gu

Avec nos cor­res­pon­dants

en ré­gions :

Oli­vier Bi­toun, Mi­chel Bo­vas, Em­ma­nuel Brug­vin, Ch­ris­tine De­loye, Guillaume Fé­dèle, Alain Four­geot,

Jean-Pierre Gour­vest, Anne-Laure Gros­mo­lard, My­riem La­hi­de­ly, François Le­cocq,

Dia­na Macle, Cyrille Mau­ry, Co­rinne Paquet, Au­drey Rein­hardt,

Pa­trick Tou­chais.

Chaque an­née, pes­si­mistes et cas­sandres pré­disent en choeur que le suc­cès des foires aux vins va s’émous­ser, qu’elles ne sont plus ce qu’elles étaient, que les consom­ma­teurs ont un sen­ti­ment de ras-le-bol, que les vé­ri­tables bonnes afaires ap­par­tiennent au pas­sé… Et chaque an­née ils se trompent !

Ce­la fait 41 ans que les foires aux vins ont été créées et, de fait, leur suc­cès ne se dé­ment pas. L’an pas­sé nous avions pro­nos­ti­qué, mal­gré la mo­ro­si­té et l’at­ten­tisme am­biants, une lé­gère pro­gres­sion des ventes ; et c’est pré­ci­sé­ment ce qui s’est pro­duit avec une crois­sance (en va­leur) certes faible, mais de 2 % tout de même. Sa­chant qu’il s’agit d’un mar­ché d’un de­mi-mil­liard d’eu­ros, 2 points de crois­sance re­pré­sentent néan­moins la ba­ga­telle de 10 mil­lions d’eu­ros, ce qui re­pré­sente un mil­lion et de­mi de bou­teilles !

La concur­rence entre les grandes en­seignes a été en­core plus vive que d’ha­bi­tude, avec de belles per­for­mances réa­li­sées no­tam­ment par Car­re­four Mar­ket et In­ter­mar­ché ; ce der­nier s’étant his­sé sur la troi­sième marche du po­dium, der­rière E. Le­clerc et Car­re­four.

Quelle phy­sio­no­mie pour les foires aux vins 2014 ?

Est-ce que cette lé­gère crois­sance va se ré­pli­quer en 2014 ? Là, nous en sommes moins sûrs. Les indicateurs avan­cés tels que les re­mon­tées de com­mandes des ma­ga­sins au­près de leurs cen­trales d’achat ou en­core le contexte éco­no­mique gé­né­ral, sont plus fous, plus confus. Voire contra­dic­toires. Pour la pre­mière fois dans son his­toire, la grande dis­tri­bu­tion connaît la dé­fa­tion. Certes ce­la porte sur­tout sur cer­tains pro­duits ou marques très ci­blés, mais le contexte ma­croé­co­no­mique est tris­tou­net. Par ailleurs, les consom­ma­teurs, de plus en plus aver­tis, font très attention aus­si bien aux prix qu’à la qua­li­té de l’ofre. L’achat fu­té fait tâche d’huile. En outre, là où on ache­tait une caisse, on ne prend plus que quelques bou­teilles. Le prix de­vient l’élé­ment de dé­ci­sion prin­ci­pal. Hors des Cad­dies donc, les 1ers Grands crus clas­sés de Bor­deaux à 1 000 € la bou­teille qui trouvent diff­ci­le­ment pre­neurs… même en Chine !

Les spé­cu­la­teurs de tous poils et les ra­bat­teurs oc­ca­sion­nels (qui ra­chètent des crus pres­ti­gieux pour le compte de pe­tits né­go­ciants) risquent de dé­ser­ter les li­néaires cette an­née. Les mil­lé­simes 2011 et 2012 de Bor­deaux ne font pas rê­ver. Par­fois à tort, comme le montrent nos sé­lec­tions qui ont iden­ti­fé les “meilleurs plans ” dans ces an­nées in­ter­mé­diaires que la “vi­no-fi­nan­ço­sphère ” in­ter­na­tio­nale boude ou­ver­te­ment.

Des fac­teurs de hausse

Tout d’abord, on constate que la part des bor­deaux dans l’en­semble des sé­lec­tions est en di­mi­nu­tion, ce qui at­té­nue tant l’efet mil­lé­sime, que l’efet Grand cru dans le pa­nier moyen. D’autres ré­gions ont com­blé ce vide. Mais si l’on prend l’exemple de la Pro­vence, de la val­lée du Rhône ou de la Bour­gogne, no­tam­ment sous l’efet de ré­coltes déf­ci­taires, les prix sont orien­tés à la hausse.

Par ailleurs, le dy­na­misme des points de vente n’a ja­mais été aus­si grand. Les ani­ma­tions pul­lulent, les conseils se pro­fes­sion­na­lisent. Des eforts sont faits en ma­tière de pré­sen­ta­tion et sur les condi­tions de conser­va­tion. Les ini­tia­tives les plus ori­gi­nales – ou les plus folles – font fo­rès (voir en­ca­dré). Le phé­no­mène du Drive semble prendre de l’im­por­tance.

Par ailleurs, des poids lourds du dis­count tels que Lidl ont ré­so­lu­ment dé­ci­dé de mon­ter en gamme et d’in­ves­tir ce mar­ché. Les sites In­ter­net font feu de tout bois, les ca­vistes et les web­ca­vistes font preuve d’une ima­gi­na­tion dé­bor­dante dans

leur sé­lec­tion, dans leur ca­pa­ci­té à pro­po­ser des pro­duits de niche, et dans leur sa­voir-faire pour évi­ter une concur­rence fron­tale avec la grande dis­tri­bu­tion qui leur se­rait fa­tale.

L’une dans l’autre, ces forces an­ta­go­nistes risquent fort de se neu­tra­li­ser et le mar­ché a de bonnes chances de se re­trou­ver étal, à un ou deux pourcent(s) près.

Plus que ja­mais, se pré­pa­rer !

À notre sens, les vé­ri­tables vain­queurs se­ront les consom­ma­teurs ; pas tous, ceux sur­tout qui au­ront su le mieux se pré­pa­rer. L’ofre, même un peu res­ser­rée, reste plé­tho­rique (de l’ordre de 5 000 ré­fé­rences), d’où la né­ces­si­té préa­lable d’orien­ter ses choix et de peauf­ner son as­sor­ti­ment per­son­nel. Nos sé­lec­tions, en­seigne par en­seigne, ma­ga­sin par ma­ga­sin, tentent de vous gui­der, mais elles n’ont pas la pré­ten­tion de se sub­sti­tuer à vos goûts in­di­vi­duels.

En re­vanche, les di­fé­rences de prix res­tent très ob­jec­tives et c’est pour­quoi nous avons en­core éten­du cette an­née notre ta­bleau com­pa­ra­tif des prix des grands bor­deaux. Une ex­clu­si­vi­té de La RVF ! Les dif­fé­rences peuvent va­rier de quelques cen­times (Châ­teau So­cian­do-Mallet 2012 à 23,04 € chez In­ter­mar­ché et 23,05 € chez E. Le­clerc) à plu­sieurs di­zaines d’eu­ros (par exemple, Châ­teau Lynch-Bages 2011 à 79,90 € chez Car­re­four et à 95 € chez In­ter­mar­ché). Ces di­fé­rences ne se constatent pas que sur les bor­deaux (par exemple, le cham­pagne brut Deutz Clas­sic à 26,90 € chez In­ter­mar­ché et 34,95 € chez Mo­no­prix) ou même sur des crus moins cé­lèbres tels que le chi­non Apo­gée Vieilles vignes 2011 du châ­teau Coudray-Mont­pen­sier (à 6,75 € chez

Au­chan et à 6,95 € chez Co­ra). C’est pour­quoi dans nos ta­bleaux par en­seigne, nous ne re­com­man­dons une ré­fé­rence don­née que là où nous avons consta­té qu’elle était la moins chère.

Attention aux prix re­le­vés sur le Web. Par es­sence, ceux-ci sont très vo­la­tiles. Ceux que nous avons in­di­qués ont été ob­ser­vés fn juillet, au mo­ment de la mise sous presse de notre ma­ga­zine ; mais des va­ria­tions, des ajus­te­ments ou des ali­gne­ments concur­ren­tiels sont plus que pro­bables le mo­ment ve­nu… et ce dès la pa­ru­tion de ce nu­mé­ro !

Un tra­vail de ter­rain pour des vins vrai­ment dé­gus­tés, puis no­tés !

Chaque ré­fé­rence est as­sor­tie d’une note d’op­por­tu­ni­té d’achat al­lant de cinq étoiles (“afaire ex­cep­tion­nelle”) à une étoile (“as­sez bonne afaire”). Il ne s’agit pas d’un ju­ge­ment sanc­tion­nant la qua­li­té in­trin­sèque d’un vin don­né, mais bien d’un con­seil d’achat qui tient compte de sa qua­li­té bien sûr, de son prix, de sa di­fu­sion, de l’état des stocks connus ou sup­po­sés… À l’in­verse d’autres mé­dias ou sup­ports, nous ne no­tons que les vins réel­le­ment dé­gus­tés ou re-dé­gus­tés (plus de 1 500) à cette oc­ca­sion. En bref, nos sé­lec­tions ré­sultent d’un tra­vail de ter­rain efec­tif et non de la com­pi­la­tion de ca­ta­logues !

Le ter­rain est dé­brous­saillé, il n’est ni vierge, ni exempt d’obs­tacles. À vous main­te­nant en fonc­tion d’un bud­get que vous au­rez préa­la­ble­ment dé­ter­mi­né (pour évi­ter les in­si­dieuses ten­ta­tions des têtes de gon­doles) de faire vos choix. Te­nez compte pour ce faire, du conte­nu ac­tuel de votre cave afn d’opé­rer un éven­tuel ré­équi­li­brage (jeunes et vieux mil­lé­simes, blanc/rouge/ ro­sé…) et de votre consom­ma­tion an­nuelle, sans ou­blier celle de vos in­vi­tés.

À vos Cad­dies et à vos sou­ris donc, pour que cette foire aux vins de­vienne, pour vous et vos proches, une véritable fête du vin !

LE MA­GA­SIN E.LE­CLERC DE LE­VAL­LOIS-PERRET. Sa foire aux vins est un évé­ne­ment at­ten­du.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.