Do­maines Georges Rou­mier et Ar­mand Rous­seau, en Côte de Nuits

Deux vi­sions pas­sion­nantes des ter­roirs et de la vi­nif­ca­tion s’op­posent dans ce ma­gnifque face-à-face à Ge­vrey-Cham­ber­tin. De quoi bous­cu­ler les hié­ra­chies et les convic­tions de nom­breux ama­teurs.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Texte et pho­tos de Ro­ber­to Pe­tro­nio

En Bour­gogne, le cli­mat dé­signe une mo­saïque de par­celles qui fa­çonne le vi­gnoble et fas­cine les ama­teurs du monde en­tier tant par leur di­ver­si­té que par leur com­plexi­té. Pour ce face-à-face, nous avons ten­té une ex­pé­rience avec deux som­mi­tés de la Côte de Nuits, les do­maines Georges Rou­mier et Ar­mand Rous­seau. Nous avons dé­gus­té à l’aveugle leur charmes-cham­ber­tin et leur ruchottes-cham­ber­tin afin de com­prendre si la hié­rar­chie et la re­pré­sen­ta­tion que nous avions de ces deux grands crus et cli­mats étaient aus­si fla­grantes et per­ti­nentes que nous l’ima­gi­nions.

L’iden­ti­té des ter­roirs

Plus soyeux, frui­té et fa­cile d’ac­cès, le charmes-cham­ber­tin est consi­dé­ré comme le moins pas­sion­nant dans la hié­rar­chie des grands crus de ces deux do­maines. Mais qu’en est-il lors d’une dé­gus­ta­tion à l’aveugle ? À au­cun mo­ment, il n’a flé­chi face au ruchottes-cham­ber­tin, plus ser­ré et dense. Il faut croire que l’image que nous nous fai­sons d’un ter­roir fi­nit par oc­cul­ter sa na­ture pro­fonde. Comme le sou­ligne Delphine Rou­mier, « ici, le charmes-cham­ber­tin montre qu’il vieillit sans se ri­der, tan­dis que le ruchottes-cham­ber­tin part plus beau et s’al­tère avec l’âge » . Au­cun des dé­gus­ta­teurs pré­sents ce jour-là ne l’avait en­vi­sa­gé. Si la dif­fé­rence existe entre les cli­mats, elle nous rend à chaque fois plus mo­deste sur la per­cep­tion que nous en avons.

Le style des do­maines

Sur les douze vins pré­sen­tés lors de cette dé­gus­ta­tion, les deux tiers en­vi­ron pou­vaient se reconnaître au style du do­maine avant même l’iden­ti­té de leur ter­roir. Si l’on y prê­tait une réelle attention, plu­sieurs in­dices nous met­taient sur la voie. Le parfum ap­por­té par la ven­dange en­tière nous gui­dait par exemple vers le do­maine Georges Rou­mier, tan­dis que l’in­fime touche boi­sée d’un fût à peine usa­gé nous fai­sait pen­cher du cô­té des vins du do­maine Ar­mand Rous­seau. Ici, le ruchottes-cham­ber­tin comme le charmes-cham­ber­tin dé­ve­loppent un soyeux tel­le­ment par­ti­cu­lier, comme si les rai­sins avaient été à peine ef­fleu­rés. La qua­li­té de leur tex­ture est tout aus­si re­mar­quable.

Quant aux vins du do­maine Georges Rou­mier, ils se dis­tinguent, comme le sou­ligne Éric Rous­seau, par une sen­sa­tion de jeu­nesse ac­crue, à la fois dans leurs par­fums, leur fruit et leur den­si­té. Ce­pen­dant, leurs ta­nins res­tent tou­jours plus fermes.

DO­MAINE GEORGES ROU­MIER

Ter­roir : Ge­vrey-Cham­ber­tin

Type d’agri­cul­ture : conven­tion­nelle

Pro­duc­tion : 40 000 bou­teilles

Adresse : rue de Ver­gy, 21220 Cham­bolle-Mu­si­gny

Tél. : 03 80 62 86 37

Site : www.rou­mier.com

DO­MAINE AR­MAND ROUS­SEAU

Ter­roir : Ge­vrey-Cham­ber­tin

Type d’agri­cul­ture : conven­tion­nelle Pro­duc­tion : 65 000 bou­teilles Adresse : 21220 Ge­vrey-Cham­ber­tin Tél. : 03 80 34 30 55 Site : www.do­maine-rous­seau.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.