Les vins blancs

La Revue du Vin de France - - LES ÉTIQUETTES DÉBRIDÉES - Ar­gile : Quartz : Schiste : Schiste : Schiste : Schiste : Schiste : Schiste : Schiste : Votre ob­jec­tif a-t-il évo­lué ? Votre ges­tion du SO ? Quelles amé­lio­ra­tions pré­voyez-vous ?

jo­li nez de fruits blancs, sur la pêche. Une bouche vive, ten­due mais cro­quante et friande. Un vin plai­sir, mais plus que ce­la grâce à sa fi­nale éti­rée.

nez très fin, chèvre­feuille ; belle mi­né­ra­li­té, notes de zestes d’orange. Bouche ample, puis­sante, en­ri­chie par une belle pré­sence frui­tée. Fi­nale poi­vrée, bien ten­due et vi­brante.

nez fin, mi­né­ral, avec des notes de cailloux, de fruits blancs, ci­tron­nées et fleurs blanches, jas­min. Bouche à l’at­taque ample avec un beau frui­té. At­tendre ou ca­ra­fer.

nez ré­duit, notes de chou, puis de fruits blancs et mi­né­rales ; bouche frui­tée, ample et sa­pide ; bel équi­libre, den­si­té de sa­veurs. Fi­nale entre con­cen­tra­tion et ten­sion.

nez sur des notes se­con­daires, miel, mi­né­ra­li­té, de naphte, épices ; bouche aro­ma­tique sur des notes d’amande grillée. Fi­nale sa­fra­née, très éti­rée et ré­ma­nente.

nez fu­mé ; notes de miel, fruits jaunes ma­tures. Bouche pleine, bien lis­sée. Fi­nale vive, épi­cée, à la fraî­cheur bien al­lon­gée et à la sa­li­ni­té bien pré­sente.

nez de nou­gat, notes de foin cou­pé et schis­teuses. Bouche plus lé­gère, mais bien aro­ma­tique et struc­tu­rée. Du style, mais les vignes n’ex­priment pas en­core leur po­ten­tiel.

nez fu­mé, mi­né­ral, notes de schistes chauds. Bouche aro­ma­tique et ample. En­core jeune, ty­pé vieux ries­ling. L’ab­sence de ma­lo donne une al­longe tran­chante rare.

un nez miel­lé, avec des notes épi­cées et de fruits blancs très mûrs.Une bouche ronde, frui­tée, avec un petit dé­fi­cit de ma­tière. Nous vou­lons éla­bo­rer une qua­li­té op­ti­mum, une ex­pres­sion de ce ter­roir unique. Nous sommes tout de suite par­tis sur du haut de gamme pour nous dif­fé­ren­cier de la masse des vins de Sa­voie. Mon mo­dèle ? Les vins de Con­drieu avec leur va­lo­ri­sa­tion. je ne suis pas un adepte du sans soufre et mes vins sont faits pour la garde, ils doivent être pro­té­gés. J’ap­porte un peu de SO au pres­su­rage, mais rien pen­dant l’élevage. J’ajuste à la mise en bou­teille. J’ai­me­rais amé­na­ger l’es­pace de la cave pour sé­pa­rer les vi­ni­fi­ca­tions, l’élevage et le sto­ckage. Je veux éga­le­ment ini­tier des éle­vages plus longs pour le haut de gamme. Il faut aus­si que je consti­tue plus de sto­ckage car si de­main il grêle sur le vi­gnoble, je n’ai plus rien !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.