Châ­teau­neuf rouge et rou­get de Mé­di­ter­ra­née

La Revue du Vin de France - - DEGUSTATION - R. P.

Il n’est pas rare de lire sur les contre-éti­quettes des vins de Châ­teau­neuf-du-Pape la men­tion sui­vante : “Vin à ser­vir à 18° C avec du gi­bier ou une viande rouge”. Mais ser­vir un châ­teau­neuf-du-pape à 18° C, c’est comme man­ger une viande trop cuite. Ser­vez-le plu­tôt à 14° C et lais­sez-le mon­ter en tem­pé­ra­ture au cours du re­pas. Par ailleurs, at­tendre de man­ger du gi­bier pour ac­com­pa­gner son châ­teau­neuf-du-pape re­vient à s’em­pê­cher de prof­ter du plai­sir pro­cu­ré par ce vin tout au long de l’an­née. Tra­gique er­reur ! Car mal­gré sa gé­né­ro­si­té et sa puis­sance, le vin de Châ­teau­neuf-du-Pape s’ac­corde très bien avec toutes les cui­sines mé­ri­dio­nales. Té­moin cet ac­cord au­da­cieux pro­po­sé par un an­cien chef étoi­lé de­ve­nu vigneron, Jé­rôme Gradassi. Sa re­cette ? Un rou­get ser­vi avec une sauce au vin rouge ré­duit mais den­si­fé avec un peu de roux brun. Une sauce clas­sique mais tra­vaillée avec lé­gè­re­té. Le roux brun ap­porte ici une touche de grillé dans la ré­duc­tion du vin, qui épouse à mer­veille la chair du pois­son. Choi­sis­sez un jeune châ­teau­neuf-du-pape, frais et pas trop riche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.