ORI­GINE. La langue des cé­pages

La Revue du Vin de France - - ENVIES -

Lvin, ce “lait d’Aphro­dite”, se­lon Aris­to­phane

a pe­tite ville d’Aigle est si­tuée en Suisse, dans le can­ton de Vaud. Son châ­teau do­mine les vignes en­vi­ron­nantes. En­ceinte, tours et don­jon font son­ger à une bande dessinée, pour­tant il est au­then­ti­que­ment mé­dié­val. Il est aus­si le siège du Mu­sée de la vigne et du vin où se tient l’ex­po­si­tion Eros Bac­chus, or­ga­ni­sée par la Fon­da­tion FI­NALE (Fon­da­tion in­ter­na­tio­nale d’art et lit­té­ra­ture éro­tique). Le vin, « ce lait d’Aphro­dite » (Aris­to­phane), est le dés­in­hi­bi­teur fa­vo­ri­sant l’éro­tisme. Dans ce livre, re­flet de l’ex­po­si­tion, les cha­pitres consa­crés aux verres, aux bou­teilles et aux tire-bou­chons sont par­ti­cu­liè­re­ment ré­jouis­sants. De l’an­ti­qui­té à nos jours, sexe et ivresse, via la pho­to­gra­phie, l’af­fiche, la pein­ture, la sculp­ture ou les ob­jets, sans ou­blier les textes, s’avèrent éter­nels. L’ex­po­si­tion fer­me­ra ses portes le 28 fé­vrier 2015. Il faut re­mar­quer la nuance : “Dic­tion­naire des noms des cé­pages de France” et pas “Dic­tion­naire des cé­pages de France”, c’est pour ce­la que l’au­teur n’est ni am­pé­lo­graphe, ni bo­ta­niste, ni agro­nome, mais lexi­co­graphe et lin­guiste. C’est aus­si pour ce­la que l’his­toire des noms des cé­pages fran­çais, leur pre­mière at­tes­ta­tion, l’éty­mo­lo­gie et la sy­no­ny­mie sont en­vi­sa­gées sous l’angle du pa­tri­moine lin­guis­tique. Un livre to­ta­le­ment fiable, truf­fé d’in­for­ma­tions qui com­ble­ra la cu­rio­si­té de l’oe­no­phile culti­vé.

Pierre Ré­zeau. 11 x 18, 450 p., 10 €, CNRS Éditions

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.