Thier­ry Casse, de Sou­ble­cause, était le pre­mier !

La Revue du Vin de France - - LE JOURNAL DES LECTEURS -

J’ai no­té une er­reur dans l’ar­ticle Vin & Éco si­gné Be­noist Sim­mat (lire La RVF n° 584) consa­cré à Ma­di­ran. Le pre­mier vigneron cer­tif ié “bio” de l’ap­pel­la­tion n’est pas Phi­lippe Mur, du Clos Bas­té, en­ga­gé dans la dé­marche “bio” de­puis 2008 seu­le­ment. Il s’agit plu­tôt de Thier­ry Casse, du do­maine de Bar­ba­zan, à Sou­ble­cause, dans les Hautes-Py­ré­nées, qui lui est en “bio” de­puis 2002. Charles Daune charles.d@la­poste.net

Cher mon­sieur, vous avez par­fai­te­ment rai­son, mer­ci de nous ap­por­ter cette pré­ci­sion. Thier­ry Casse a pré­cé­dé Phi­lippe Mur de quelques an­nées sur le che­min d’une viticulture “bio”. Il n’en reste pas moins que ces deux vi­gne­rons de­meurent des ex­cep­tions dans une zone de pro­duc­tion très en re­tard sur le “bio” par rap­port au reste du pays. B. Sim­mat 2014). Quelle ca­tas­trophe de voir tant d’ar­gent pu­blic gas­pillé pour sa­tis­faire les sombres mo­ti­va­tions de mal­heu­reux hy­gié­nistes. On frôle l’intégrisme ! Lais­sons les vi­gne­rons mettre en va­leur leur tra­vail comme vous l’avez mon­tré avec le ta­bleau noir des pubs cen­su­rées. Les Fran­çais sont adultes. Ils sont ca­pables de faire la part des choses et d’ap­prendre à leurs en­fants à boire de fa­çon res­pon­sable. Ne les ac­ca­blons pas ! Heu­reu­se­ment, la pro­fes­sion s’or­ga­nise pour se dé­fendre. J’es­père que votre pro­chain ar­ticle fe­ra état d’un dé­bat apai­sé et construc­tif.

Notre nu­mé­ro de juin dresse un tour de France du der­nier mil­lé­sime.

Afn de li­mi­ter les dé­via­tions ou dé­fauts,

le do­maine Pon­sot n’uti­lise plus de bou­chon

en liège.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.