DO­MAINE MEYER-FONNÉ FÉ­LIX MEYER-FONNÉ (KAT­ZEN­THAL)

La Revue du Vin de France - - DÉCOUVERTES -

Ce sont sans doute les ries­lings les plus droits et les plus abou­tis de tout le Grand cru Wi­neck-Schloss­berg. Fé­lix MeyerFon­né, qui cultive en “bio”, montre une par­faite maî­trise des aci­di­tés et des sucres sur ses par­celles de Grands crus Schloss­berg, Wi­neck-Schloss­berg, Schoe­nen­bourg et Kae­fer­kopf. Sur 14,30 hec­tares, il pos­sède 1,60 hec­tare de Wi­neck-Schloss­berg dont 48 ares de ge­wurz­tra­mi­ner plan­tés en al­lant plein est, vers Ammerschwihr, sur des sols un peu plus pro­fonds.

Re­fé­tant cha­cun l’ex­pres­sion du mil­lé­sime (2013 vi­vace et droit, 2012 plus puis­sant, 2011 un ton plus so­laire, 2010 épa­tant d’équi­libre), ses ries­lings al­lient den­si­té et droi­ture. Ils ar­borent une mi­né­ra­li­té ex­quise, sans aus­té­ri­té. Le 2013 pro­met dé­jà, le donne un grand jus et une trame mus­clée.

En ge­wurz­tra­mi­ner, tou­jours sur 2012, les par­fums ul­tra-concen­trés forcent un peu le trait (rose, pi­voine, lit­chi), il fau­dra at­tendre car le est au­jourd’hui de toute beau­té, idéa­le­ment équi­li­bré entre pulpe de fruit et évo­ca­tion fo­rale. Son al­ter ego is­su de vignes sexa­gé­naires, dé­ploie de su­perbes notes exo­tiques et un cré­meux de coeur de bouche su­perbe. Les par­fums de rose s’es­tompent au proft de la struc­ture et de la fraî­cheur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.