À

La Revue du Vin de France - - BOURGOGNE : LES DOMAINES QUI S’AFFIRMENT -

34 ans, Be­noît Ba­che­let (l’aî­né des frères) compte quinze ven­danges à son ac­tif, JeanBap­tiste cinq de moins. À eux deux, ils re­pré­sentent cette nouvelle gé­né­ra­tion pleine de pro­messes de la Côte de Beaune. Après avoir re­pris le do­maine

2012 :

fa­mi­lial, ils ont sé­pa­ré les di­fé­rents lieux­dits afn de mieux sin­gu­la­ri­ser cha­cun de leur ter­roir.

De­puis 2012, conscients que leur tra­vail à la vigne doit être res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment, ils ont dé­bu­té une re­con­ver­sion vers la bio­dy­na­mie. S’ils poussent plus

2012 : 16,5/20

loin la ma­tu­ri­té du rai­sin par rap­port à leur père, ils ob­tiennent, grâce à leur nou­veau mode de cul­ture, de meilleurs équi­libres dans leurs vins. Les an­nées dif­ciles, comme 2012, le tra­vail du sol montre ses efets bé­néfques. De­puis plu­sieurs mil­lé­simes, leur pro­duc­tion ne cesse de pro­gres­ser : les es­sais en bio­dy­na­mie semblent très pro­met­teurs. R. P.

NOTRE AVIS

Bour­gogne ali­go­té Bouche vive mais avec une sen­sa­tion de mâche, du fond et une note d’agrumes. Une belle con­cen­tra­tion et une jo­lie fnale sur le pam­ple­mousse. 6 € - 900 bou­teilles Saint-Au­bin 1er cru Le Char­mois Nous avons dé­gus­té deux cu­vées : l’une is­sue de la cul­ture conven­tion­nelle, l’autre de la bio­dy­na­mie.Avec la bio­dy­na­mie, il y a une ré­duc­tion plus pro­non­cée mais plus de pré­sence. 17 € - 1 500 bou­teilles (bio­dy­na­mie) et 2 000 (conven­tion­nelle)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.