BOR­DEAUX

Les vins bor­de­lais ont mau­vaise presse : trop chers et sou­mis à la spé­cu­la­tion. Pour­tant, Bor­deaux, le plus grand vi­gnoble de France, ne se ré­sume pas au clas­se­ment de 1855 des crus clas­sés. Nombre d’ap­pel­la­tions ren­ferment des vins d’ex­cel­lente te­nue et

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE -

J’ en ai as­sez de ser­vir des vins à plus de 14 de­grés d’al­cool et mes clients se plaignent que je vends des vins trop puis­sants ! Il faut que je re­nou­velle mon stock de vins, je cherche main­te­nant des bor­deaux fa­ciles à boire ! »

Nous de­vons cette “confi­dence de comp­toir” à Pa­trick Nay­rolles, le pa­tron des Co­lonnes, la plus cé­lèbre bras­se­rie d’Is­sy-les-Mou­li­neaux, où les dé­gus­ta­teurs de La RVF ont leurs ha­bi­tudes : cet ama­teur de bons vins consacre, de­puis vingt ans, 80 % de sa carte aux vins du Beau­jo­lais, du Rhône, du Lan­gue­doc, et dans une moindre me­sure à quelques fla­cons li­gé­riens. Il a contri­bué, avec tant d’autres pro­prié­taires de bis­trots à vins, à la no­to­rié­té de ces ré­gions que beau­coup de clients ont pris plai­sir à dé­cou­vrir !

Mais voi­là que les ha­bi­tudes de consom­ma­tion changent. Au res­tau­rant, à mi­di, les sa­lades et les steaks au poivre vont bien­tôt re­trou­ver la com­pa­gnie de bons vins de Bor­deaux ! Une bonne nouvelle pour le pre­mier vi­gnoble de France qui traîne la sale ré­pu­ta­tion de pra­ti­quer des prix dé­li­rants et qui su­bit un désa­mour de plus en plus pro­non­cé sur les tables fran­çaises. Il faut les abor­der jeunes Le prix exor­bi­tant des bor­deaux ? C’est presque de­ve­nu un pon­cif. Et pour­tant : le vi­gnoble bor­de­lais re­gorge de très bonnes af­faires, avec des vins que l’on peut se pro­cu­rer avec un seul billet de 10 eu­ros !

Ques­tion : à quoi res­semble un bon bor­deaux à prix abor­dable ? C’est un vin qui pos­sède une cou­leur sou­te­nue, is­sue d’un assemblage le plus sou­vent do­mi­né par le mer­lot. Ses ta­nins doivent im­pé­ra­ti­ve­ment être ar­ron­dis par un lé­ger élevage en bar­riques, ou par un lé­ger mi­cro­bul­lage lors de sa vi­ni­fi­ca­tion.

Ses arômes doivent idéa­le­ment as­so­cier les nuances d’un frui­té mûr à celle lé­gè­re­ment grillée du bois (de plus en plus de vins dans cette ca­té­go­rie de prix sont aro­ma­ti­sés avec des co­peaux). Et sur­tout, ce style de vins doit pou­voir s’ap­pré­cier jeune.

MAR­GAUX 2012 DU CLOS DU JAUGUEYRON

ET LISTRAC-MÉ­DOC 2010 DU CH­TEAU CAP LÉON VEYRIN. Deux bons crus qui sé­duisent

par leur fort ca­rac­tère et leur petit prix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.