DO­MAINE ROYET JEAN-CLAUDE ROYET (COUCHES)

La Revue du Vin de France - - MAGAZINE -

Dis­cret et ap­pli­qué, Jean-Claude Royet s’est dou­ce­ment conver­ti à l’amour du vin. Car au dé­part, ce fls de vigneron n’en­vi­sa­geait pas du tout de re­prendre les cinq hec­tares fa­mi­liaux, la pro­duc­tion étant alors ven­due au né­goce (beau­coup de vi­ti­cul­teurs du Cou­chois dé­clas­sèrent long­temps leurs vins en Bour­gogne pour le né­goce, cer­tains le font en­core). Ins­tal­lé en 1984, il n’a pas fait dans la de­mi-me­sure. Il a en­tre­pris de tout ar­ra­cher. Le voi­là au­jourd’hui avec treize hec­tares, dont une pe­tite par­tie seu­le­ment en Cou­chois, la moi­tié des vo­lumes étant éla­bo­rés sur place en cré­mant. Ce­la ne l’em­pêche pas de vi­ni­fier un très jo­li rouge

cu­vée de beau vo­lume, avec de la chair et du fruit. Le blanc très meu­ri­sal­tien dans son élevage, va di­gé­rer son bois mais dé­jà il montre une belle éner­gie, un corps to­nique et une net­te­té im­pec­cable. Un côtes-du-cou­chois clas­sique fn et ci­se­lé, sans pas­sage en fûts neufs, se montre agréable, avec une bonne ten­sion. goûts rus­tiques. Il par­vient ha­bi­le­ment à ses fns, pré­sen­tant dé­sor­mais un pro­fl de vins plus souples que par le pas­sé. Son

est en efet po­sé et ai­mable, do­té à la fois de fraî­cheur et de jo­liesse. Le san­te­nay blanc est une bonne afaire, dans un re­gistre tendre et ju­teux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.