GE­VREY-CHAM­BER­TIN

La Revue du Vin de France - - ENVIES - À Ge­vrey-Cham­ber­tin Do­maine Jean-Louis Tra­pet 53, route de Beaune (hé­ber­ge­ments : 4, rue de chêne) Tél. : 03 80 34 30 40 La Cour Ber­bi­sey Hô­tel Les deux Chèvres My Home in Di­jon Les Hêtres Rouges La Rô­tis­se­rie du Cham­ber­tin

Vi­gne­ron ta­len­tueux et cha­leu­reux, Jean-Louis Tra­pet tient à lais­ser aux vi­si­teurs le par­fum d’une Côte de Nuits am­bi­tieuse et ac­cueillante. En té­moignent ses su­perbes 2013, son élé­gante mai­son d’hôtes (et sa table, ir­ré­pro­chable) et un éton­nant gîte (pour 7 per­sonnes). Au­tour de Da­mien, toute l’équipe a à coeur de rendre l’ex­pé­rience in­ou­bliable et fé­conde. De 145 à 265 € pour deux. Un vrai coup de coeur pour cette mai­son élé­gante. 31, rue Ber­bi­sey, 21000 Di­jon. Tél. : 03 45 83 12 38. De 120 à 250 €. 23, rue de l’église, 21220 Ge­vrey-Cham­ber­tin. Tél. : 03 80 51 48 25. Bel ap­par­te­ment de 45 m2. De 110 à 145 € pour deux. 13, rue des Tilleuls, 21490 Ruf­fey-lès-Échi­rey. Tél. : 03 80 36 09 82. De 93 à 103 €. 10, route de Nuits, An­tilly, 21700 Ar­gil­ly. Tél. : 03 80 62 53 98. Après deux ans de res­tau­ra­tion, une réou­ver­ture qui convainc. De 130 à 320 €. 6, rue du Cham­ber­tin, 21220 Ge­vrey-Cham­ber­tin. Tél. : 03 80 34 33 20.

Par­tez de la place de la mai­rie. En­ga­gez-vous dans la rue Gas­tonRoup­nel, à droite. Pre­nez la rue de l’église à gauche puis les rues du châ­teau et Yvesde-Poi­sey. En­core à gauche, em­prun­tez le che­min de l’Ar­gi­lière jus­qu’au point le plus haut de la vigne à votre gauche. En­trez dans la par­celle. Vous che­mi­nez en bor­dure haute de vigne, contre la fo­rêt qui coife le co­teau. À votre gauche, de l’autre cô­té du che­min de l’Ar­gi­lière, l’ex­cellent cli­mat des Cham­peaux. Orien­té sud-est, il est très mor­ce­lé (cham­peaux si­gnife “pe­tites par­celles”) et ac­ci­den­té. Ses vins afchent un ta­nin afr­mé. La marche en bor­dure de vigne per­met d’ad­mi­rer les Gou­lots (1,81 ha) – son nom in­dique la pré­sence d’eau en sous-sol, la vigne y a plus de mal à mû­rir –, puis la Combe au Moine (4,76 ha). Les moines de Clu­ny s’ap­pro­vi­sion­naient en pierres de construction sur cet ex­cellent ter­roir cal­caire, tout comme ce­lui des Ca­ze­tiers (9,11 ha), dans son pro­lon­ge­ment.

Puis on at­taque un mor­ceau de choix : le Clos Saint-Jacques (6,70 ha). Il doit son nom aux moines de Clu­ny qui l’ont ain­si bap­ti­sé au XIIe siècle en rai­son de sa si­tua­tion sur le che­min de Saint-Jacques de Com­pos­telle. Clas­sé 1er cru, il est pour­tant digne d’un grand cru du fait de son ex­po­si­tion par­faite sur le co­teau de la combe d’Or­veau. Ar­rê­tons-nous un ins­tant et ob­ser­vons la forte pente : cha­cun des cinq pro­prié­taires ac­tuels (Rous­seau, Es­mo­nin, Clair, Ja­dot, Four­rier) pos­sède une langue de terre sur toute la hau­teur du Clos afn d’as­sem­bler la par­tie en bas de pente, plus riche, et la par­tie som­mi­tale, plus mi­né­rale. La tex­ture des vins est très proche, en style, de celle du cham­ber­tin.

Pour­sui­vons par les Étour­nelles (5 ares), Pois­se­not (2,20 ha), la Ro­ma­née (1,06 ha) puis re­des­cen­dons dans les Verroilles (5,97 ha), que l’on re­père par sa mai­son de vigne, puis les Lavaux, jus­qu’à la route D31. Dans le vil­lage, pre­nez tout de suite à droite la rue de Plan­te­li­gone. Pas­sez le do­maine Du­gat-Py, à votre droite, le cli­mat des Mar­chais, à votre gauche, le 1er cru mé­con­nu des Crai­pillots (de pillot, “pe­tite pierre” et de crai, propre à la craie cal­caire ébou­lée de la mon­tagne) au sol riche en caillou­tis.

Con­ti­nuez en sur­plom­bant Crai­pillots par Cham­pon­net et pre­nez à gauche le che­min des Is­sarts. Con­ti­nuez tout droit entre les Ru­chottes-Cham­ber­tin “des­sus” (1,99 ha dont 1,06 ha du clos mo­no­pole du do­maine Ar­mand Rous­seau) et “du bas” (1,31 ha). Des cli­mats de rêve as­sis sur la roche-mère afeu­rant par en­droits (d’où leur nom), sur­tout en Ru­chot­tes­des­sus dis­tin­gué en “pre­mière cu­vée de fnage” par le Dr La­valle en 1855.

Con­ti­nuez tout droit. À votre droite, le cli­mat Bel-Air, 2,65 ha clas­sés en 1er cru en par­tie basse et 83 ares clas­sés “vil­lage” en vigne haute au mû­ris­se­ment moins évident. À votre gauche, l’ex­tra­or­di­naire Clos de Bèze (15,38 ha), au sol de marne rouge plus riche qu’en Ru­chottes. Il est

DANS LA BRUME. Séance de taille de la vigne dans le ma­gnifque Clos de Bèze.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.