DO­MAINE RO­TIER

La Revue du Vin de France - - EN COUVERTURE -

Une ré­fé­rence par­mi les gaillacs doux, cette cu­vée de pur loin de l’oeil ( len de l’el en oc­ci­tan, en­core un cé­page au­toch­tone) a beau­coup contri­bué au che­mi­ne­ment de la dé­no­mi­na­tion Gaillac Ven­danges tar­dives, ava­li­sée par l’Inao en 2011. La li­queur est im­po­sante, ri­che­ment bo­try­ti­sée mais d’une grande net­te­té ; sou­vent sphé­rique et plan­tu­reuse dans sa jeu­nesse, elle s’éveille, prend de la pro­fon­deur aro­ma­tique et de la ner­vo­si­té au fil des ans. Les 1997, 2001, 2002 sont au­jourd’hui ma­gni­fiques. 23,60 €

6000 pour l’hon­neur du ter­roir his­to­rique de Mon­ba­zillac. Leur vo­lon­té de pri­vi­lé­gier la ty­po­lo­gie du grand vin li­quo­reux se concré­tise par la ri­gueur du tra­vail à la vigne comme par celle de la sé­lec­tion lors de la ven­dange. Dès leur cu­vée d’“en­trée de gamme”, Les Pins, dé­li­cieuse et opu­lente, le ton est don­né. La Cu­vée Ma­dame consti­tue l’abou­tis­se­ment de cette re­cherche, de­puis sa créa­tion en 1992, elle a été fa­vo­ra­ble­ment com­pa­rée aux plus grands sau­ternes. Sa per­son­na­li­té est pour­tant autre, la forte pro­por­tion de mus­ca­delle ex­pli­quant, peut-être en­core da­van­tage que la spé­ci­fi­ci­té du ter­roir, le feu d’ar­ti­fice aro­ma­tique, entre mar­me­lade d’agrumes, abri­cot et fleur d’oran­ger, qui vient en contre­point d’une ma­tière sou­ve­rai­ne­ment cré­meuse. Le mil­lé­sime 2009 re­joint les mo­nu­ments que sont 1997, 2001 ou en­core 2003.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.