Twill, le “Sha­zam” fran­çais du vin

Pour la pre­mière fois, une ap­pli­ca­tion pour smart­phone en fran­çais va per­mettre d’iden­ti­fer ins­tan­ta­né­ment des vins, puis de les ache­ter. No­va­teur.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Jé­rôme Bau­douin

Twill pour The Wine I Love, au­tre­ment dit le vin que j’aime. Cet acro­nyme pour­rait bien trou­ver ra­pi­de­ment sa place par­mi les ap­pli­ca­tions des smart­phones des oe­no­philes, d’ici à la fn avril.

Ima­gi­née par un en­tre­pre­neur fran­çais de 29 ans, Er­wann de Bar­ry, cette “ap­pli” pour­rait par sa sim­pli­ci­té d’uti­li­sa­tion qui se rap­proche de l’ap­pli­ca­tion mu­si­cale Sha­zam bous­cu­ler le com­merce du vin en ligne.

Le prin­cipe ? Comme sur cer­taines ap­pli­ca­tions concur­rentes, Vi­vi­no et plus ré­cem­ment Wi­ne­woo, l’ama­teur com­mence par scan­ner l’éti­quette d’une bou­teille de vin qui lui plaît avec son smart­phone et Twill, en quelques se­condes, iden­ti­fie la cu­vée. « Pour y par­ve­nir, nous avons dé­jà col­lec­té des mil­lions d’éti­quettes dans notre base de don­nées » , an­nonce Er­wann de Bar­ry.

Une fois le vin iden­ti­fié, Twill per­met de l’ache­ter en ligne si le do­maine est par­te­naire de l’ap­pli­ca­tion. Quelques clics sufsent, comme le pas­sage de Sha­zam à l’iTunes Store d’Apple pour com­man­der un mor­ceau de mu­sique que l’on vient d’écou­ter à la ra­dio.

Twill, dé­jà par­te­naire de 600 do­maines, ne vend donc pas di­rec­te­ment les vins, mais joue le rôle d’in­ter­mé­diaire.

Épau­lé par des di­zaines d’in­ves­tis­seurs, le jeune homme est sou­te­nu par La Poste (pour les li­vrai­sons) et la Banque Po­pu­laire Caisse d’Épargne (BPCE) qui ga­ran­tit les paie­ments sé­cu­ri­sés entre par­ti­cu­liers et vi­gne­rons.

Er­wann de Bar­ry, le fon­da­teur de Twill.

Se­lon Twill, 600 do­maines ont dé­jà re­joint l’ap­pli.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.