PAR LES CA­RI­CA­TU­RISTES

La Revue du Vin de France - - ENVIES - Par Co­rinne Le­fort

L’at­ten­tat dont les des­si­na­teurs et fon­da­teurs de Char­lie Heb­do ont été les vic­times au­ra su­bi­te­ment fait prendre conscience aux ci­toyens, po­li­tiques et mé­dias de la fra­gi­li­té de la li­ber­té d’ex­pres­sion, ain­si que de la né­ces­si­té de dé­fendre col­lec­ti­ve­ment cette va­leur fon­da­men­tale des dé­mo­cra­ties mo­dernes. Cet in­qua­li­fiable as­sas­si­nat donne à La Re­vue du vin de France l’oc­ca­sion de rendre hom­mage à la confré­rie des ca­ri­ca­tu­ristes qui ont, dès le XIXe siècle, avec l’es­sor de la presse in­dus­trielle, ré­gu­liè­re­ment cro­qué le vin et ceux qui le boivent.

Les grin­çants Dau­mier et Jos­sot avaient ou­vert la voie. Dans le jour­nal sa­ti­rique La Ca­ri­ca­ture, en 1831 Dau­mier n’hé­site pas à re­pré­sen­ter le roi Louis-Phi­lippe en Gar­gan­tua ava­lant des sacs d’or. Hen­riGus­tave Jos­sot dé­nonce, quant à lui, l’al­coo­lisme des pa­rents dans l’heb­do­ma­daire L’As­siette au Beurre, en 1900. Et que dire de l’in­for­tu­né pré­sident de la Ré­pu­blique Ar­mand Fal­lières (de 1906 à 1913), pro­prié­taire vi­ti­cole à Né­rac (47), et donc ré­gu­liè­re­ment représenté une bou­teille de vin à la main car à l’Ély­sée, il ai­mait à par­ler de son do­maine de Lou­pillon.

Dans les an­nées 60, le fam­beau est re­pris avec une caus­ti­ci­té re­dou­blée par une nou­velle gé­né­ra­tion de ca­ri­ca­tu­ristes, par­mi les­quels Wo­lins­ki et Ca­bu. Le pre­mier se moque des frasques de la bour­geoi­sie et aus­si des ou­vriers. Deux mondes, se­lon lui, au­tant por­tés sur la bou­teille que sur le sexe.

Très an­ti­mi­li­ta­riste, le se­cond im­pose bien­tôt son per­son­nage du Grand Du­duche, l’ad­ju­dant Kro­nen­bourg puis Mon Beauf... Por­tés par l’es­prit de mai 68, eux et bien d’autres frent les beaux jours d’une presse sa­ti­rique de­ve­nue pro­lifque : Pi­lote, L’Écho des Sa­vanes, Ha­ra-Ki­ri, Char­lie Heb­do et Le Ca­nard En­chaî­né. Au­tant de ré­dac­tions où l’on riait fort et bu­vait sec. Les plus mo­ti­vés pous­sèrent même le bou­chon jus­qu’à des­si­ner des éti­quettes pour les vi­gne­rons qu’ils ai­maient. Nous les sa­luons tous ici, que leur joie de­meure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.