Pays basque in­té­rieur

Au coeur des mon­tagnes basques, les 230 hec­tares de ce vi­gnoble his­to­rique mé­ritent d’être dé­cou­verts, rien que pour la beau­té des pay­sages et le ta­lent des vi­gne­rons.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Par Pier­rick Jé­gu

En marge des au­to­routes vi­ti­coles, Irou­lé­guy est de ces pe­tites – 230 hec­tares en­vi­ron, une di­zaine de do­maines et une cave co­opé­ra­tive - appellations confi­den­tielles trop sou­vent igno­rées. Pour­tant, les rai­sons sont mul­tiples de ve­nir se perdre dans ce Pays basque de l’in­té­rieur, ar­pen­ter le vi­gnoble lo­cal et trem­per ses lèvres dans des vins à forte iden­ti­té. D’abord, l’en­droit a vrai­ment de la gueule ! Des som­mets sé­pa­rés d’har­mo­nieux val­lons, le blanc et la tuile de pe­tits villages en contraste d’une na­ture ver­doyante, de belles pâ­tures où ba­gue­naudent mou­tons et bre­bis, les pe­tits cours d’eau – les nives – qui des­cendent de la mon­tagne… Et les vignes, bien sûr. Pour trom­per la pente trop forte des Py­ré­nées, la plu­part des par­celles sont amé­na­gées en ter­rasses : avant de réa­li­ser ces tra­vaux ti­ta­nesques, une dé­lé­ga­tion de l’an­cienne gé­né­ra­tion vi­gne­ronne avait d’ailleurs un jour flé en Suisse pour al­ler cher­cher conseil et ins­pi­ra­tion au­près des pro­duc­teurs al­pins ha­bi­tués à se jouer du re­lief. Dans cette géo­gra­phie sin­gu­lière, des hommes et des femmes s’échinent à mettre le ter­roir en bou­teille, via l’ex­pres­sion d’une de­mi-dou­zaine de cé­pages, pe­tit man­seng, gros man­seng et cour­bu pour les blancs ; tan­nat, ca­ber­net franc et ca­ber­net sau­vi­gnon pour les rouges et les ro­sés. Ou­bliez le cli­ché de vins rus­tiques tout justes to­lé­rés par les pa­lais au­toch­tones, Irou­lé­guy a beau­coup mieux à ra­con­ter que ces sor­nettes. Long­temps, le do­maine Bra­na, connu pour ses vins et ses eaux-de­vie, fut l’unique pro­prié­té à por­ter l’éten­dard de l’ap­pel­la­tion hors de ses li­mites. Au coeur des vignes en ter­rasses, sur la com­mune d’Is­poure, la mai­son ouvre en été les portes de son chai spec­ta­cu­laire abri­té par une tour construite dans la plus pure ar­chi­tec­ture na­var­raise. Au­jourd’hui, cette locomotive n’est plus la seule. Dans le char­mant pe­tit vil­lage qui a don­né son nom à l’AOC, deux do­maines for­mi­dables se font face : le do­maine Ar­retxea de Té­rèse et Mi­chel Rious­pey­rous, et le do­maine Ilar­ria de Peio Es­pil. Dans le Guide des meilleurs vins de France 2015 de La Re­vue du vin de France, tous deux, dis­tin­gués par une étoile, sont ain­si pla­cés par­mi les do­maines les plus pas­sion­nants du Sud-Ouest. Am­ple­ment mé­ri­té ! Le pre­mier, ins­crit dans une dé­marche « bio­dy­na­mique » signe des vins ma­gnifques, dont les cu­vées Hait­za, en rouge, et He­goxu­ri, très grand vin blanc. À son ins­tal­la­tion en 1987, Peio Es­pil fut le pre­mier vi­gne­ron de l’ap­pel­la­tion en cave par­ti­cu­lière. De ses 10 hec­tares tra­vaillés en bio de­puis près de 20 ans, il fait naître aus­si des vins d’une rare pro­fon­deur dans les deux cou­leurs, sans ou­blier des ro­sés francs et vi­gou­reux. À Saint-Étienne-deBaï­gor­ry, le do­maine Amez­tia, me­né par Gexan et Jean-Louis Cos­te­ra, connaît un suc­cès gran­dis­sant : les deux vi­gne­rons, ne­veu et oncle qui s’oc­cupent aus­si de leur trou­peau de bre­bis, pro­posent une vi­site de leur chai et des vignes, et la dé­gus­ta­tion de leurs vins as­sez re­mar­quables. À l’autre ex­tré­mi­té du vi­gnoble, à Jaxu, le do­maine Bor­dat­to fait dé­cou­vrir ses pro­duc­tions bio­lo­giques, vins, jus de pommes et cidres dé­li­cieux. On pour­rait en ci­ter d’autres et même la cave d’Irou­lé­guy, à Saint-Étien­nede-Baï­gor­ry, qui fait bien mieux que la plu­part des co­opé­ra­tives de l’Hexa­gone. Alors, de pas­sage au Pays basque, ne vous ruez pas for­cé­ment sur la côte… À qua­rante ki­lo­mètres de Bayonne et du lit­to­ral, un vi­gnoble mé­con­nu est prêt à vous cueillir de tout son tem­pé­ra­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.