L’OE­NO­TOU­RISME FAIT SA RÉ­VO­LU­TION

La tra­di­tion­nelle vi­site-dé­gus­ta­tion laisse place à des ini­tia­tives ori­gi­nales qui per­mettent aux vi­si­teurs de vivre une vé­ri­table ex­pé­rience dans le vi­gnoble. Ba­lades en So­lex, ini­tia­tions au la­bour à che­val, ou chambres d’hôtes dans des cuves illus­trent

La Revue du Vin de France - - RÉVÉLATION - Par Jérȏme Bau­douin

Un ron­ron­ne­ment dis­cret ac­com­pagne le chant des oi­seaux en ce dé­but juillet. Sur­plom­bant Beaune, sur la pe­tite route sillon­nant les pre­miers crus, un groupe de tou­ristes en So­lex dé­couvre le pay­sage, avec dans leur mu­sette, le pique-nique. Le vi­gnoble s’ofre en ma­jes­té aux vi­si­teurs, à la fois éton­nés et amu­sés de le par­cou­rir de cette fa­çon, comme si tout à coup ils étaient ra­me­nés cin­quante ans en ar­rière, grâce au So­lex. L’idée vient de Bap­tiste Guyot, un jeune vi­gne­ron de Beaune, amou­reux de ces deux­roues, qui vou­lait pro­po­ser une ma­nière lu­dique de faire dé­cou­vrir sa ré­gion. « Notre do­maine est si­tué à l’ex­té­rieur de Beaune, ce qui est han­di­ca­pant pour at­ti­rer les vi­si­teurs sus­cep­tibles d’ache­ter nos vins. En re­vanche, nous sommes si­tués sur une pe­tite route, très peu uti­li­sée qui mène vers Sa­vi­gny-lès-Beaune et Pom­mard si bien que les condi­tions de cir­cu­la­tion sont très confor­tables, même pour les néophytes, avec ce moyen de lo­co­mo­tion » , ra­conte Bap­tiste Guyot qui pro­pose

la lo­ca­tion de So­lex de­puis deux ans. Les ama­teurs peuvent les louer pour deux ou quatre heures, voire la jour­née. « Nous leur mon­trons des routes et les che­mins à em­prun­ter. Ils peuvent al­ler jus­qu’à Meur­sault en pas­sant par Pom­mard. Comme nous sommes sur la route des grands crus, ce­la per­met de dé­cou­vrir de belles appellations » , pour­suit-il. À leur re­tour, Bap­tiste Guyot ré­pond aux ques­tions, ex­plique son vi­gnoble, ses cu­vées et pro­pose un verre de l’ami­tié. Une ini­tia­tive qui per­met de dé­cou­vrir le monde du vin, par un biais ori­gi­nal, le pay­sage vi­ti­cole. Au­jourd’hui, plus de mille per­sonnes ont dé­jà che­vau­ché ses So­lex. UNE COC­CI­NELLE DANS LES VIGNES Au coeur de Beaune, Marc Vi­vès s’ins­crit dans une dé­marche si­mi­laire en pro­po­sant à la lo­ca­tion de Volks­wa­gen Coc­ci­nelle pour des ba­lades ori­gi­nales dans le vi­gnoble. À Bor­deaux, la so­cié­té Vi­niv, ba­sée au châ­teau Lynch-Bages, pro­pose d’éla­bo­rer son vin sur me­sure, de­puis les ven­danges jus­qu’à la mise en bou­teille. Une dé­marche sur le long terme qui plaît énor­mé­ment aux ama­teurs de vins. Ces ini­tia­tives illus­trent les di­fé­rentes in­no­va­tions liées au tou­risme dans les vi­gnobles. En l’es­pace d’une di­zaine d’an­nées, les at­tentes du pu­blic ont ra­di­ca­le­ment chan­gé et l’ofre tou­ris­tique s’est struc­tu­rée dans les ré­gions. « Nous ob­ser­vons au­jourd’hui une grande évo­lu­tion dans l’oe­no­tou­risme. Ce­la ne se ré­sume plus à la simple vi­site d’un do­maine vi­ti­cole ac­com­pa­gnée d’une dé­gus­ta­tion. Les vi­si­teurs veulent vivre une vé­ri­table ex­pé­rience à la fois unique et lu­dique pour com­prendre le monde du vin » , ana­lyse Di­dier Ari­no, di­rec­teur de l’agence Pro­tou­risme, un ca­bi­net d’étude et de conseil spé­cia­li­sé dans le tou­risme. L’homme ex­plique cette évo­lu­tion au re­gard de ce qui se fait dans les grands vi­gnobles étran­gers. « Les wi­ne­ries ca­li­for­nienne et les pres­ti­gieux do­maines de la Rio­ja (voir en­ca­dré) ont long­temps été pion­niers et les seuls à pro­po­ser des concepts no­va­teurs. Les vi­gnobles de l’Hexa­gone ont ac­cu­mu­lé du re­tard, mais il est au­jourd’hui en grande par­tie com­blé grâce à de nom­breuses ini­tia­tives, no­tam­ment dans les crus les plus pres­ti­gieux » , pour­suit Di­dier Ari­no, qui conseille aus­si bien des co­mi­tés de tou­risme que des do­maines ou des syn­di­cats vi­ti­coles.

➊ En Bour­gogne, la my­thique Coc­ci­nelle a été remise au goût du jour pour se balader dans les vignes. ➋ À Bor­deaux, la so­cié­té Vi­niv per­met de jouer aux oe­no­logues en herbe. ➌➍et Chez Bou­vet-La­du­bay, dans le Sau­mu­rois, les crayères sont à dé­cou­vrir en vé­lo. De même, il est de­ve­nu plus lu­dique d’ar­pen­ter les vi­gnobles en deux-roues plu­tôt qu’en chaus­sures de ran­don­née.

Ba­lade en ca­lèche ou à vé­lo sur les routes bour­gui­gnonnes.

Se­lon Di­dier Ari­no, di­rec­teur de l’agence Pro­tou­risme, “la France a com­blé son re­tard grâce à de nom­breuses ini­tia­tives, no­tam­ment dans les crus pres­ti­gieux”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.