LA HAUTE PRO­VENCE DANS SA COM­PLEXI­TÉ

La Revue du Vin de France - - CHÂTEAU REVELETTE - Quelles évo­lu­tions dans votre style ? Que de­vient votre aven­ture en Prio­rat ? Pour­quoi cette ru­meur sur votre in­ten­tion de vente ?

Très aro­ma­tique. Fruit rouge mûr, ro­ma­rin, menthe. Bouche ner­veuse, pro­fonde, avec un frui­té ca­cao­té, du poivre. Ta­nins épi­cés. Longue fi­nale ré­glis­sée. Longue garde as­su­rée. Nez com­plexe sur des notes de jus de viande, épices, fruits noirs. Bouche dense au frui­té ma­ture. Beau to­nus équi­li­brant, ta­nins ve­lou­tés. Fi­nale ca­cao­tée et ré­glis­sée. Il s’ouvre. La mi­né­ra­li­té pointe ; fram­boise rô­tie et gar­rigue. Bouche lis­sée, aro­ma­tique, en­core stricte, as­sise sur des ta­nins poi­vrés. Belle lon­gueur épi­cée mais le vin s’est re­fer­mé. At­tendre. Beau nez de fruits rô­tis, un peu confits. Bouche aro­ma­tique sur un frui­té aux notes se­con­daires ; beaux ta­nins as­sou­plis et ex­pres­sifs. Beau vin équi­li­bré en pleine ex­pres­sion. À boire. Fruit confit, note bal­sa­mique, de pi­nède. Bouche en­core dense, struc­tu­rée mais avec du gras ; ta­nins ve­lou­tés, très épi­cés. Fi­nale bien éti­rée à l’aro­ma­tique com­plexe. À boire. Nez ré­duit avec des notes fu­mées, de cuir et fruits grillés. Bouche sa­ti­née, ner­veuse. Frui­té se­con­daire qui re­vient en fi­nale, mar­quée par un poivre do­mi­nant. Phase aus­tère. Nez com­plexe : fruits rouges rô­tis, jus de viande, épices va­nillées, gar­rigue… Bouche riche, ve­lou­tée, ta­nins fon­dus et aro­ma­tiques. Belle lon­gueur fruitée, épi­cée et mi­né­rale. À boire ! En éle­vage. Pêche blanche, tilleul, notes de ré­glisse, amande fraîche. Bouche pleine sur un frui­té in­tense à l’équi­libre to­nique. Une fi­nale sur l’amande et le nou­gat. Vignoble grê­lé, achat de ven­danges. Un style mar­qué par le sau­vi­gnon, avec du fruit blanc, des notes men­thées et des épices. La bouche est en­core un peu ser­rée. Nez ou­vert : pêche blanche mûre, miel, nou­gat. Bouche ample, avec du gras, bien te­nue par une ner­vo­si­té épi­cée. Fi­nale aman­dée élé­gante. Prêt à boire mais po­ten­tiel de garde. Fruits blancs rô­tis, ver­veine, avec une bouche pleine et ar­ron­die, des épices et un to­nus sous-ja­cent. Un mil­lé­sime dense et chaud mais sans lour­deur. Plus strict, élé­gant et ra­cé, avec une pa­lette com­plexe sur des notes se­con­daires. Bouche très équi­li­brée, à la fois riche, tendre et ten­due. Un vin de sin­cé­ri­té. Notes de miel, fruits exo­tiques confits, de pin et de truffe. Ample et riche en bouche, avec une fi­nale confite et fon­due. Fi­nale épi­cée, très ou­verte. Je veux faire des vins plus di­gestes, plus proches de leur ter­roir et pri­vi­lé­gier la fraî­cheur. J’ai un peu aug­men­té les ren­de­ments et épu­ré les gestes tech­niques à la cave, af­fi­né et al­lé­gé les éle­vages. Je ne vise pas la per­fec­tion, je veux juste de la vie dans le vin et du vin dans ma vie ! Avec mes amis Com­bier et Gé­rin, nous avons ini­tié une belle ex­pé­rience sur ce ter­roir de schistes avec des vi­gne­rons es­pa­gnols em­blé­ma­tiques. La si­tua­tion éco­no­mique es­pa­gnole est dif­fi­cile, mais nous te­nons bon. J’étais mo­no­po­li­sé par le tra­vail, j’ai eu un pas­sage à vide, une sou­daine en­vie de par­cou­rir le monde en Ves­pa ! Il faut trou­ver sa fa­çon de vivre, en sym­biose avec la na­ture. La page est tour­née, mais j’ai mal vé­cu que La RVF évoque l’hy­po­thèse d’une vente du do­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.