Bor­deaux Ba­shing : une onde de choc res­sen­tie jus­qu’aux États-Unis

La Revue du Vin de France - - COURRIER -

Votre hors-sé­rie spé­cial Bor­deaux pi­lo­té par Jé­rôme Bau­douin m’a trans­por­té de joie (Hors-sé­rie n° 29, dé­cembre 2015). Je l’ai pré­sen­té aux États-Unis au co­mi­té de la Com­man­de­rie de Bor­deaux. Nous aus­si nous ef­for­çons d’ai­der Bor­deaux à faire face à ce triste “ba­shing”, mal­heu­reu­se­ment per­cep­tible dans de nom­breux res­tau­rants de ce cô­té-ci de l’At­lan­tique. Nous or­ga­ni­sons chaque an­née une com­pé­ti­tion bap­ti­sée “A ffor­dable Bor­deaux” (bor­deaux abordables), au cours de la­quelle les re­pré­sen­tants des 31 Com­man­de­ries de Bor­deaux aux États-Unis sé­lec­tionnent à l’aveugle trois bor­deaux rouges coû­tant moins de 40 dol­lars. Nous of­frons chaque an­née deux voyages de dix jours à Bor­deaux aux jeunes som­me­liers (les bour­siers sont choi­sis par le Court of Mas­ter Som­me­liers USA). Nous in­vi­tons un som­me­lier lo­cal à cha­cun de nos dî­ners du cha­pitre. Nous tra­vaillons étroi­te­ment avec la re­pré­sen­tante du Con­seil in­ter­pro­fes­sion­nel des vins de Bor­deaux à New York (Ma­ry Gor­man, Mas­ter of Wine) char­gée de pro­mou­voir les vins de Bor­deaux en Amé­rique du Nord. Et nous avons d’autres chan­tiers en cours : dia­lo­guer avec des jeunes som­me­liers pour leur ex­pli­quer pour­quoi nous ai­mons les bor­deaux et ai­der les producteurs bor­de­lais ar­ti­sa­naux ci­tés par Sté­phane De­re­non­court dans votre hors-sé­rie à amé­lio­rer leur com­mu­ni­ca­tion. Ni­cho­las Brown Cha­pitre de la Com­man­de­rie de Bor­deaux à Pro­vi­dence, Rhode Is­land, États-Unis nbrown141@gmail.com Ce n’est pas tant la faute des vi­gne­rons bor­de­lais et de leurs vins qui, comme vous l’écri­vez, ont ga­gné en qua­li­té si un peu par­tout fleu­rit un pseu­do-désa­mour pour cette ré­gion. Il faut aus­si poin­ter l’énorme pro­gres­sion des vins du Lan­gue­doc, du Rous­sillon, de la val­lée du Rhône, de la val­lée de la Loire, etc. Tout est dit dans la der­nière ligne de votre édi­to­rial, cette al­lu­sion à « l’ âme et la force du bor­deaux » . Voi­là ce qui manque à la grande ma­jo­ri­té des bor­deaux : ce sup­plé­ment d’âme, et aus­si peut-être un poil d’hu­mi­li­té. Cette touche, ce ca­rac­tère in­di­cible qui, sou­vent, nous font dire à pro­pos des vins d’autres ré­gions : « Tiens ! il est éton­nant… » . Nombre de mes ami(e)s font le même constat. Sa­lime Ak­kaz AK­KAZ&Par­te­nai­res­com­mu­ni­ca­tion, Lyon s.ak­kaz@orange.fr

De nom­breux té­moi­gnages ont sa­lué la pu­bli­ca­tion de notre hors-sé­rie consa­cré au “Bor­deaux Ba­shing”. Cher M. Brown, mer­ci pour les ef­forts en­tre­pris aux États-Unis pour dé­fendre l’ image des bor­deaux. Votre té­moi­gnage le confirme, cette cam­pagne de dé­ni­gre­ment est un phé­no­mène in­quié­tant que les pro­fes­sion­nels bor­de­lais et tous les amou­reux de Bor­deaux doivent com­battre. La RVF au­ra l’oc­ca­sion de re­ve­nir sur ce su­jet. D. Sa­ve­rot et J. Bau­douin

Notre hors-sŽ­rie (no­vembre 2015) dŽ­cor­ti­quait pour la pre­mi•re fois les mŽ­ca­nismes du ÒBor­deaux Ba­shingÓ.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.