Dois-je boire mes 1978 ? Et mes 1995 ?

La Revue du Vin de France - - COURRIER -

Suite à un décès, je viens de ré­cu­pé­rer quelques bou­teilles : mor­gon Les Ver­sauds 1995 du do­maine des Sor­nay, crozes-her­mi­tage rouge 1995 des vi­gne­rons réunis à Tainl ’Her­mit a ge ( l ’ é t ique t te du prix est en­core des­sus : 23,50 francs à l’époque), côtes-de-ber­ge­rac 2008 et 2009 du châ­teau Court-lesMûts, chas­sagne-mon­tra­chet La Gou­jonne 1992 du do­maine Hu­bert La­my, mé­doc 1978 du châ­teau Blai­gnan. Ces vins sont-ils tou­jours bu­vables ? Fré­dé­ric No­guei­ra fred­no­guei­ra@live.fr

Cher ami lec­teur, vous voi­là en pos­ses­sion de vins ar­ri­vés à ma­tu­ri­té de consom­ma­tion. L’ex­pres­sion d’un vieux mor­gon (mor­gon Les Ver­sauds 1995 du do­maine des Sor­nay) vous rap­pel­le­ra celle d ’un pi­not noir avec des nuances d’ épices re­mar­quables. Ou­vrez la bou­teille une heure avant le ser­vice (pas de ca­rafe). À boire éga­le­ment, votre cro­ze­sher­mi­tage rouge 1995 de la Cave de Tain, qui ac­com­pa­gne­ra à mer­veille un plat de gi­bier. Sy­rah oblige, un court pas­sage en ca­rafe une de­mi-heure avant le ser­vice se­ra bien­ve­nu. À votre place, je com­men­ce­rais à boire le 2008 du côtes-de­ber­ge­rac du châ­teau Court-lesMûts et gar­de­rais en­core deux à trois ans en cave le 2009 (an­née de belle concen­tra­tion). Concer­nant le chas­sa­gnemon­tra­chet La Gou­jonne 1992 du do­maine Hu­bert La­my, à 23 ans d’ âge, bu­vez-le sans tar­der, par exemple avec un filet d’omble che­va­lier. Le Châ­teau Blai­gnan 1978 doit éga­le­ment com­men­cer à mar­quer son âge. 1978 est un bon mil­lé­sime bor­de­lais, mais d’un style is­su de ren­de­ments éle­vés et pro­duit sans les tech­niques de vi­ni­fi­ca­tion mo­dernes dont on dis­pose ac­tuel­le­ment. Il vous fe­ra voya­ger dans un autre temps de Bor­deaux. Ici, pas de ca­rafe, une simple aé­ra­tion en ou­vrant la bou­teille suf­fi­ra. Bonnes dé­gus­ta­tions.

P. Mau­range

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.